Dossier

Le jeûne : mythes et réalités

Mis en ligne le 01/03/2018

Auteurs : Christophe Moinard, Marie-France Vaillant

  • Bien au-delà de l'aspect religieux ou idéologique, le jeûne thérapeutique a pris, en particulier au cours des 5 dernières années, un essor auprès des patients, ce qui interpelle bon nombre de thérapeutes. Sur le plan métabolique, le jeûne peut être séparé en 3 phases : la première correspond à la phase postabsorptive ; la deuxième période (du 1er au 5e jour), dite de “jeûne court”, se caractérise par une déplétion protéique ; et la troisième, dite “de jeûne long” voit apparaître des adaptations métaboliques visant à épargner les réserves protéiques de l'organisme. Si le jeûne à visée thérapeutique (en particulier au cours du cancer) est extrêmement populaire dans les médias et sur les réseaux sociaux, force est de constater que les données scientifiques sont extrêmement limitées et ne permettent pas de conclure quant à un intérêt clinique du jeûne. Par ailleurs, il faut rappeler que, dans beaucoup de pathologies, la dénutrition qui peut en résulter aura un impact extrêmement défavorable sur le pronostic du patient. Il convient donc d'être prudent et d'attendre d'avoir plus de données scientifiques. Par ailleurs, si un jour le jeûne thérapeutique est utilisé, il devra l'être dans un cadre extrêmement strict et totalement médicalisé.
Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Pr Christophe MOINARD

Médecin, Nutrition, Université Grenoble Alpes, Saint- Martin-d’Hères, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Nutrition
Mots-clés
Notice (8): Undefined variable: report [APP/Plugin/Front/View/Elements/popups.ctp, line 187]