Dossier

Transplantation pulmonaire pour cancer pulmonaire primitif

Mis en ligne le 16/11/2017

Mis à jour le 18/11/2017

Auteurs : Jérôme Le Pavec

  • Le cancer bronchopulmonaire est un cancer habituellement de mauvais pronostic qui constitue une contre-indication à la transplantation pulmonaire.
  • Toutefois, chez une minorité de malades strictement sélectionnés, porteurs d'un adénocarcinome minime invasif multifocal, la transplantation pulmonaire peut constituer une option pour le traitement de l'insuffisance respiratoire consécutive à la dissémination du cancer. Il convient toutefois de s'assurer de l'absence d'extension de la pathologie néoplasique aux ganglions du thorax ou à distance. Malgré un risque relatif de récidive estimé à 33 à 75 %, la transplantation pulmonaire peut apporter un bénéfice substantiel en survie estimé à 50 % à 5 ans. Lorsque le cancer est découvert sur l'explant, seul les cancers localisés sont associés à une survie acceptable. Toutes les autres formes de cancer bronchopulmonaire doivent constituer une contre-indication à la greffe pulmonaire.
Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Jérôme LE PAVEC
Dr Jérôme LE PAVEC

Médecin
Pneumologie
Centre chirurgical Marie Lannelongue, Le Plessis-Robinson
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Transplantation,
Oncologie thoracique
thématique(s)
Poumon
Mots-clés