Mise au point

Les inhibiteurs de la pompe à protons exposent-ils à des risques allergiques ?

Mis en ligne le 11/01/2018

Auteurs : G. Dutau

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont responsables de réactions d'hypersensibilité immédiate ou retardée. Compte tenu de la forte prescription de ces molécules, la fréquence de ces réactions est probablement sous-estimée, car les formes légères à modérées sont souvent méconnues ou non signalées. Devant toute réaction d'hypersensibilité aux IPP, il faut arrêter cette classe thérapeutique et consulter rapidement un allergologue qui déterminera le ou les IPP utilisables. La structure chimique des IPP explique les réactions croisées : réactivité croisée générale (réactions croisées entre tous les IPP), réactivité croisée partielle par analogie structurale (entre oméprazole et pantoprazole, mais pas au lansoprazole ; entre lansoprazole et rabéprazole, mais pas à l'oméprazole ni au pantoprazole). La prise d'un IPP (lansoprazole) pourrait compromettre le contrôle de l'asthme, surtout chez les enfants. Une induction de tolérance orale peut être envisagée.

Liens d'interêts

G. Dutau déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
centre(s) d’intérêt
ORL
thématique(s)
Allergie
Mots-clés