Dossier

L'Ultra-Trail du Mont-Blanc : l'épreuve sportive au pouvoir hallucinogène

Mis en ligne le 05/12/2018

Mis à jour le 06/12/2018

Auteurs : M. Dudoignon, R. Jardri, R. Hurdiel

L'objectif était d'observer les effets d'une privation de sommeil lors d'une d'une course à pied de 168 km sur l'apparition de phénomènes hallucinatoires et d'en décrire les différentes dimensions. Les résultats du questionnaire élaboré montrent que 56,3 % des 48 coureurs recrutés ont vécu une hallucination. La privation de sommeil semble affecter négativement les trailers puisque 81 % des coureurs n'ayant pas eu d'hallucination ont effectué une sieste lors de la course (± 10 min). Cette vision figée (55,6 %), d'une durée inférieure à 10 secondes (44,4 %), en noir et blanc (77,8 %) correspond à un être humain (44,4 %) ayant dans 37 % des cas un rapport avec l'environnement familial du coureur. Nous suggérons que ces facteurs soient considérés et non banalisés par les coureurs.

Liens d'interêts

M. Dudoignon, R. Jardri et R. Hurdiel déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Pr Renaud JARDRI

Médecin, Psychiatrie, Hôpital Fontan, CHU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
Mots-clés
Notice (8): Undefined variable: report [APP/Plugin/Front/View/Elements/popups.ctp, line 187]