IDENTIFIEZ-VOUS Mot de passe oublié Problème de connexion ? Inscrivez-vous
Accueil Ajouter aux favoris
Edimark
moteur de recherche PanierMon panier : 0 article

>> Accueil >> Publications >> La Lettre du Cancérologue >> N° 3 - Mars 2015

La Lettre du Cancérologue

Mars 2015
SOMMAIRE ÉDITORIAL OURS ARCHIVES S'ABONNER  

ÉDITORIAL

Faut-il se préoccuper du vécu émotionnel des étudiants en médecine ?

Le film Hippocrate rencontre un succès inattendu. En le voyant, on comprend que, à l’hôpital, l’expression du vécu émotionnel des internes et des médecins n’a pas de place et serait même dans une certaine mesure déplacée. Pour les plus jeunes, la salle de garde joue ou plutôt jouait le rôle de soupape, l’hyperbole sexuelle y défiait la mort. L’ancien modèle relationnel était celui du paternalisme, infantilisant le malade “pour son bien”. Ce modèle offrait en même temps l’avantage de protéger le médecin, par définition bienfaisant. Les temps ont changé. Aujourd’hui, chacun doit trouver sa solution pour supporter la souffrance, l’angoisse et les plaintes des autres. De nos jours, on apprend à éteindre toute émotion en se consacrant – si ce n’est exclusivement, du moins prioritairement – à la maladie ou à l’acte thérapeutique, c’est-à-dire en devenant peu ou prou un ingénieur. C’est d’ailleurs parfaitement légitime en situation d’urgence. N’est-ce pas par ailleurs le modèle relationnel adapté à la recherche clinique thérapeutique, dont le principe de base est de supprimer au mieux toute subjectivité, du patient comme du médecin, grâce au “double aveugle” ? Pourtant, les responsables de la communication ne cessent de proclamer que le patient est un “client” qui doit être placé au “coeur” ou au “centre” de l’activité hospitalière. Comment expliquer la contradiction entre le slogan et la pratique ?
Pr A. Grimaldi

MISES AU POINT

Critères de jugement dans les essais thérapeutiques sur le cancer colorectal métastatique

»» Comme dans tous les essais thérapeutiques en cancérologie, la survie globale constitue le critère de jugement de référence des essais réalisés dans le cancer colorectal métastatique, car il s’agit d’un critère bien défini, pertinent pour s’assurer du bénéfice clinique d’un traitement pour le patient et sans biais de mesure possible.
»» Les critères de jugement centrés sur la tumeur, comme la réponse objective ou la survie sans progression, ont l’avantage de pouvoir être mesurés plus précocement, mais leur utilisation en tant que critères substitutifs de la survie globale nécessite d’avoir fait la preuve qu’ils permettent de prédire l’effet d’un traitement sur la survie globale, et ce, pour chaque classe thérapeutique évaluée.
»» Dans le contexte des traitements du cancer colorectal métastatique utilisant les thérapies ciblées, ni les critères évaluant la réponse, ni la survie sans progression n’ont été validés en tant que critères substitutifs de la survie globale.
F. Bonnetain, M. Hebbar

Inhibition de PARP par l’olaparib : situation actuelle et perspectives d’avenir

»» L’olaparib vient d’obtenir son AMM en monothérapie dans le traitement d’entretien des cancers de l’ovaire séreux de haut grade, de la trompe ou primitif péritonéal, en rechute platinosensible avec une mutation de BRCA, en réponse à une chimiothérapie à base de platine.
»» Le concept de létalité synthétique constitue un rationnel fort pour l’efficacité des inhibiteurs de PARP dans toute tumeur avec mutation germinale et/ou somatique de BRCA, et plus probablement dans toute tumeur avec déficience de la recombinaison homologue (RH). Cependant, il faut souligner la nécessité d’identifier des biomarqueurs de ce phénotype “HR-ness”, et de démontrer leur corrélation avec une efficacité tumorale de l’olaparib avant son utilisation en routine.
M. Ung, C. Dubot, M. Rodrigues, T. de la Motte Rouge

Identification des femmes à haut risque de cancer du sein et modalités de dépistage
Recommandations de la Haute Autorité de santé, mai 2014

»» Recommandations de l’HAS concernant les personnes ayant des antécédents personnel ou familiaux de cancer du sein invasif ou in situ (lobulaires ou canalaires), ou de lésions mammaires avec atypie (hyperplasie canalaire atypique, hyperplasie lobulaire atypique), ou d’irradiation thoracique (maladie de Hodgkin), une densité mammaire radiologique après la ménopause supérieure à 75 %, suivant traitement hormonal substitutif de la ménopause. Elles ne concernent pas les femmes porteuses de la mutation BCRA1 ou 2.
»» Il n’y a pas lieu de modifier les règles du dépistage organisé pour les femmes ayant une densité mammaire élevée, un traitement hormonal substitutif de la ménopause, avant ou après 50 ans.
»» Des règles spécifiques de dépistage doivent être appliquées pour les femmes ayant un antécédent personnel de cancer du sein invasif ou in situ, une hyperplasie atypique lobulaire ou canalaire ou ayant eu une irradiation thoracique pour un Hodgkin.
J. Lansac

Utilisation pratique de PubMed : comment chercher ?

» PubMed est un outil puissant quand il est employé en suivant une stratégie adaptée. Les étapes essentielles sont :
1. Commencer par une recherche très spécifique qui s’élargira secondairement si nécessaire.
2. Bien choisir ses mots-clés est l’étape essentielle. Le moteur de recherche MeSH et les mots-clés des articles sont une aide précieuse.
3. Agencer sa recherche selon la règle booléenne.
4. Affiner les mots-clés avec les marqueurs. Une recherche en [tw] évite de perdre les derniers articles en cours d’indexation.
5. Utiliser les filtres pour éliminer une partie des résultats inutiles.
J. Viala

Utilisation pratique de PubMed : comment archiver ?

» Après le difficile travail de formuler stratégiquement une requête, il est important de bien sélectionner et archiver vos résultats. PubMed vous offre de nombreux outils intéressants :
1. Un service appelé “My NCBI” personnalisé pour la mémorisation “en nuage” de vos recherches sous forme de collections.
2. Si vous utilisez PubMed régulièrement, il est intéressant de créer vos propres filtres.
3. Vous pouvez étendre votre requête de façon concentrique avec les related citations in PubMed.
4. Pour maintenir vos connaissances à jour, les requêtes peuvent être automatisées avec la fonction save search.
J. Viala

FICHE REPÈRES BIOLOGIQUES

Prédisposition génétique aux cancers du sein et de l’ovaire par BRCA1 et BRCA2

Les gènes BRCA1 et BRCA2 ont été identifiés, en 1994 et 1995 respectivement, comme étant responsables d’histoires familiales de cancers du sein et/ou de l’ovaire.
Ces 2 gènes suppresseurs de tumeur participent au système de réparation homologue de l’ADN, impliqué dans la réparation des cassures double brin. L’altération de cette voie de réparation permet actuellement le développement de thérapeutiques ciblées, les inhibiteurs de PARP (poly-ADP-ribose polymérase), reposant sur le principe de la létalité synthétique.
Le spectre tumoral associé à une altération constitutionnelle de BRCA1 ou de BRCA2 concerne principalement le cancer du sein et de l’ovaire. Les femmes présentant une mutation délétère sur l’un de ces gènes sont à très haut risque de développer l’un ou l’autre de ces cancers au cours de leur vie.
C. Senechal, E. Mouret-Fourme

CAS CLINIQUE

Métastases orbitaires, péritonéales et cutanées révélant un carcinome lobulaire du sein

Le carcinome lobulaire invasif (CLI) représente 8 à 14 % des cas de cancer du sein. Le carcinome canalaire infiltrant (CCI) et le CLI ont des caractéristiques différentes. Cliniquement et radiologiquement, le CLI peut être difficile à diagnostiquer en raison d’une infiltration et d’une présentation insidieuse. Nous rapportons un cas de CLI atypique s’étant présenté par des métastases orbitaires, une ascite et des nodules sous-cutanés, ainsi qu’une brève revue de la littérature.
Une femme, âgée de 59 ans, est adressée en ophtalmologie puis en médecine interne pour une vision floue depuis 1 an. Un oedème palpébral bilatéral était apparu 4 mois auparavant. L’IRM orbitaire montre une infiltration intra- et extraconique.
D. Lorenzo, M. Chaubet-Houdu, T. Ha Dao, J.L. Totobenazara, B. Godeau, C. Tournigand



LIENS UTILES CULTURE GENERALES INDEX BOUTIQUE CALENDRIER DES CONGRÈS