IDENTIFIEZ-VOUS Mot de passe oublié Problème de connexion ? Inscrivez-vous
Accueil Ajouter aux favoris
Edimark
moteur de recherche PanierMon panier : 0 article

>> Accueil >> Publications >> La Lettre de l'Oto-Rhino-Laryngologie >> N° 236 - Octobre 1998

La Lettre de l'Oto-Rhino-Laryngologie

Octobre 1998
SOMMAIRE ÉDITORIAL OURS ARCHIVES S'ABONNER  

EDITORIAL

ACTUALITÉ

INTERNET

Les messages d'erreur sur l'Internet

13 La Lettre d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale - n° 236 - octobre 1998 n fonctionnement normal, votre ordinateur vous adresse par-fois des messages d’erreur. Il en va de même pour les navi-gateurs, lorsqu’ils rencontrent des problèmes. Ces problèmes peuvent être dus aux serveurs, qui ne parviennent pas à gérer les appels multiples du navigateur, ou au navigateur lui-même, lors-qu’il exploite mal ses caches, en rapport avec les protocoles TCP/IP ; ils peuvent également être liés à une erreur dans l’adres-se du site. Ces messages sont affichés sous forme de codes chif-frés (“erreur 404 : URL not found”). Que faire en cas de message d’erreur ? Si l’erreur provient d’un site FTP, les possibilités sont multiples : vous n’avez pas accès au site (protégé par un mot de passe) ; vous vous êtes connecté en dehors des heures d’ouverture ; le nombre maximal d’utilisateurs est atteint. Atten-tion, une erreur fréquente : si vous n’avez pas entièrement conformé votre navigateur (notamment la messagerie), les sites FTP ne retrouveront pas votre adresse e-mail, indispensable pour vous identifier. Si l’erreur provient d’un site Web, il peut s’agir d’une adresse incorrecte (attention à l’orthographe !). Le serveur peut ne pas trouver l’adresse Internet du site : il faut alors vérifier le nom exact du serveur. Parfois, le serveur de noms utilisé par votre prestataire de service est en panne : tous les essais provoquent alors la même erreur. Si l’accès au site est réservé, vous aurez besoin d’un mot de passe. Le site peut également avoir disparu (20 % des sites disparaissent chaque année) ou changé d’adresse. Le plus souvent, vous trouverez un lien hypertexte entre la nouvelle adresse et l’ancienne. Les messages d’erreur sur le courrier électronique Comme avec la poste traditionnelle (Snail mail : courrier escargot), il arrive, sur l’Internet, que votre courrier ne puisse être transmis à son destinataire. La gestion du courrier opte le plus souvent pour le retour à l’expéditeur. Votre provider vous réexpédie le message, et il vous reviendra de trouver l’adresse exacte. Les pro-grammes de transfert du courrier sur l’Internet sont allergiques à la moindre faute de frappe dans une adresse. Un seul caractère erroné empêche le transfert. Vos courriers électroniques sont transmis d’ordinateur à ordinateur sur le réseau. Chaque serveur consulte l’adresse indiquée et transfère le message à l’ordinateur se rapprochant le plus de l’adresse finale, et ainsi de suite. Les programmes chargés de cette transmission sont appelés “Mailer-Deamon”. Si un programme rencontre une difficulté dans une tâche à accomplir, il vous expédie un message d’erreur par e-mail. Il vous envoie alors une copie du message qui pose problème en y joignant quelques explications. Si vous recevez dans votre boîte aux lettres électronique un message provenant d’un “Deamon”, cela signifie qu’un problème est survenu. Il existe naturellement plusieurs types de messages. En effet, le serveur peut simplement avoir rencontré des difficultés qui l’ont perturbé dans sa tâche, et le message suivant s’affiche : “This is a warning message only. You do not need to resend your message”. Le “Mailer-Deamon” vous informe juste du contretemps, mais il va se charger de réex-pédier le message. C’est seulement si vous recevez un message du type “unrecoverable error” (erreur irréversible) qu’il vous revient de trouver la cause du problème. Typiquement, il s’agit du message suivant : Tâchons de décrypter ce message L’expéditeur est Mailer-Deamon@etc.org, comme l’indique l’en-tête “From”. L’adresse qui a posé problème figure ensuite : Arnold@mail server. La cause de l’incident est indiquée : User unknown. L’utilisateur Arnold est inconnu sur l’ordinateur indi-qué. Pour vous rappeler de quoi il s’agit, votre texte figure ensuite, séparé du message d’erreur par la ligne suivante : Original message follows. Vous savez où se situe l’erreur et vous pouvez renvoyer votre texte après en avoir corrigé l’adresse (comme d’habitude, attention à l’orthographe !). Les messages d’erreur les plus fré-quents sont les suivants : User unknown (le nom de l’utilisateur devant le signe @ est inconnu. Il peut être mal orthographié) ; Host unknown (l’ordinateur mentionné après le signe @ n’a pas pu être découvert) ; Unknown Domain ou Domain unresolvable (le domaine de l’ordinateur cible mentionné n’a pas été trouvé) ; Network unreachable (le réseau de l’ordinateur cible a bien été découvert, mais la connexion a avorté. Attention aux coupures téléphoniques !) ; Connect time out (l’ordinateur cible mentionné a été trouvé mais la liaison n’a pas pu être obtenue) ; Connection refused ou Service unavailable (l’ordinateur cible a refusé qu’on lui transmette le texte : attention aux problèmes de compatibilité des logiciels !). Les messages d’erreur sur l’Internet Les messages d’erreur sur l’Internet R. Marianowski* E >From : Mailer-Deamon@etc.org The following address had delivery problems Arnold@mail server (unrecoverable error) Transcript of session follows While talking to mail server 550 Arnold@mail server User unknown Original message follows. CETTE RUBRIQUE A ÉTÉ CRÉÉE AVEC LE SOUTIEN DES LABORATOIRES SMITHKLINE BEECHAM * Service d’ORL, hôpital Necker, Paris. 14 La Lettre d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale - n° 236 - octobre 1998 Si votre problème n’est pas résolu, faites appel au Postmaster du système. Il est le spécialiste qui assure le transfert correct des don-nées à l’ordinateur correspondant. Vous trouverez son adresse très simplement, en remplaçant, dans l’adresse de l’expéditeur du message d’erreur (dans notre exemple, Mailer-Deamon@etc.org), tout ce qui se trouve à gauche du signe @ par Postmaster (ici donc : Postmaster@etc.org). Expédiez-lui une copie du message d’erreur obtenu en utilisant le bouton Transférer de votre programme de courrier. Il finira par vous aider, mais attention, sa réponse peut mettre des jours à vous parvenir : en effet, les postmasters, en plus de régler les problèmes ordinaires, doivent répondre aux questions des utilisateurs. Donc, patience ! Je vous rappelle enfin que, pour trouver l’adresse Internet de vos correspondants, il existe des annuaires électroniques, dont vous trouverez l’adresse ci-dessous : Ne négligez pas une règle habituelle de rédaction de vos e-mail. La taille de chaque ligne du message ne doit pas dépasser 70 signes. Certains de vos correspondants n’utilisant pas d’interface graphique peuvent travailler avec un écran de 80 caractères sur 25 lignes, mais même alors, la limite est vite atteinte. Les phrases sont alors coupées ou risquent de devenir illisibles. Attention, donc, à la règle des 70 caractères ! Par ailleurs, si vous recevez des messages de Bill Clinton ou de Jésus, ne vous laissez pas abu-ser : quelqu’un fait une farce en vous envoyant un “Fake”, c’est-à-dire un message où figure un faux expéditeur. Les plugs-in Que sont les plugs-in ? Ce sont des programmes additionnels, appelés également add-in ou add-on, qui permettent d’augmenter la capacité de certains logiciels comme les navigateurs, type Netscape ou Explorer. Cer-tains sont uniquement destinés à visionner des formats d’image ou de texte, d’autres sont spécialisés dans la 3D, d’autres enfin per-mettent la connexion à un ordinateur distant. Ces modules sont très faciles à installer et ont un fonctionnement transparent pour l’utilisateur. Parfois, une fenêtre du navigateur permet d’afficher le fonctionnement de ce plug-in. Parfois, celui-ci s’affiche en plein écran. Depuis quelques années, le monde des plugs-in s’est développé de façon importante, surtout pour les PC. Il en existe des centaines, disponibles gratuitement sur le Net (freeware) ou contre une redevance modeste (shareware). Quels sont les plugs-in les plus utiles ? ë Real audio Il permet d’écouter la radio sur le Net. Le logiciel Real Audio Player utilise un protocole UDP (User Datagram Protocol) qui livre des paquets d’information en continu mais sans permettre la certitude de leur livraison, ce qui implique parfois une perte de qualité sensible. Ce logiciel est adapté à la voix et ne permet pas, actuellement, de transférer des fichiers musicaux. Ce logiciel a un avantage caché : il peut fonctionner avec un modem ancien (14 kp/s). Il est transférable en freeware à partir de : http://www. realaudio.com/products/ra2.0. ë QuickTime Il permet de lire des fichiers vidéo et des applications multimédias. Il s’agit à l’origine d’une extension du système Apple réservée à la gestion de la vidéo. À l’heure actuelle, QuickTime 2 est dispo-nible pour Mac et PC ; il permet de regarder une vidéo plein écran et de restituer un son de qualité. Il existe une version QuickTime VR (virtual reality) pour la réalité virtuelle et une version Quick-Time Conferencing destinée à gérer la communication de données dynamiques (vidéoconférences). On le trouve sur la plupart des CD-Rom, qui l’installent systéma-tiquement sur votre disque dur. On peut le transférer à partir de http://quicktime.apple.com/. ë Adobe Acrobat Il permet de visionner des pages au format PDF, qui est un format d’échange de données universel. Les fichiers Acrobat contiennent non seulement tout le document, mais aussi toutes les ressources nécessaires pour lire ce document indépendamment du logiciel exploité. On le trouve sur http://www.adobe.com/proindex/acro-bat/ readstep.html. ë Shockwave for director Il permet de lire des applications multimédias Il s’agit d’un plug-in d’un plus gros logiciel (Macromedia Director). On le trouve sur http://www.macromedia.com/Tools/Shockwave/. ë Live 3D Il permet d’afficher un mode virtuel en 3D à partir d’une page Web en temps réel. L’animation s’organise à partir d’objets 3D qui possèdent des liens hypertextes. Ce module est inclus dans la version Premium de Netscape Navigator 3.0. On peut le trouver sur le site Netscape (http://home.netscape.com/comprod/pro-ducts/ navigator/live3D/index.html.). ë WebActive Il affiche les objets Web en VR (virtual reality) 3D (http://www.3d-active.com/). ë VDOlive Pour visualiser des vidéos en temps réel sur le réseau (http://www.vdo.net). ë Vienna Chat Pour accéder aux discussions en temps réel sur le réseau (IRC pour Internet Relay Chat), que vous pourrez charger à partir de http://www2.via.at/2fast/chat/. À bientôt, et bon surf ! Bigfoot http://www.bigfoot.com/ Internet Address Finder http://www.iaf.net/ LookUp ! http://www.lookup.com Switchboard http://www.switchboard.com/ WhoWhere http://www.whowhere.com World Email Directory http://www.worldemail.com/wede4.shtml Four11 http://www.four11.com N.E.W. base http://www.cais.net/ ESP http://www.mailbox.co.uk/esp/ La Lettre d’ORL : http://www.edimark.fr

ABSTRACTS

Revue de presse

Revue de presse M. François

DOSSIER

Pathologie cochléo-vestibulaire post-traumatique chez l’enfant

Pathologie cochléo-vestibulaire post-traumatique chez l’enfant S.R. Wiener-Vacher, F. Toupet, M. Elmaleh, Ph. Narcy

CAS CLINIQUE

Un kyste thyréoglosse de la base de langue

C A S C L I N I Q U E 25 La Lettre d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale - n° 236 - octobre 1998 OBSERVATION Il s’agit d’un jeune homme de 17 ans, consultant pour une manifestation fonctionnelle de bruit rauque respiratoire de type cornage associée à un ronflement nocturne sans dyspnée véri-table. Dans les antécédents personnels, on retrouve la notion d’une tuméfaction sous-mentale dans la petite enfance ayant persisté plusieurs années avant une disparition spontanée. L’examen ORL avec naso-fibroscopie retrouve une tuméfac-tion au niveau de la base de langue, arrondie, ferme, régulière, réalisant une voussure recouverte de muqueuse normale. La palpation cervicale est normale. La scintigraphie thyroïdienne montre une glande thyroïde en situation normale, sans foyer fixant au niveau de la région buccale et cervicale haute. L’examen TDM, après injection de produit de contraste, confirme la présence d’un syndrome de masse médian situé au niveau de la base de langue, venant au contact de l’os hyoïde, et présentant des contours polylobés, une densité liquidienne et une capsule. Le diamètre antéro-postérieur est de 28 mm, avec un diamètre transverse de 19 mm. L’examen IRM pratiqué en séquences pondérées en T1 et T2 dans les trois plans de l’espace avant et après injection de gadolinium met en évidence une formation ovalaire kystique située au niveau de la base de langue, refoulant l’épiglotte en arrière, et présentant un caractère liquidien sans prise de contraste pathologique, avec un prolongement antérieur vers l’os hyoïde (figure 1). Le diagnostic retenu est celui d’un kyste du tractus thyréo-glosse de la base de langue. La cervicotomie exploratrice par voie cervicale antérieure sous-hyoïdienne retrouve une lésion kystique dont la face anté-rieure est rattachée à la face postérieure de l’os hyoïde par un prolongement de 2 mm de diamètre. La dissection du kyste au ras de sa capsule, après résection du corps de l’os hyoïde, per-met l’ablation complète sans rupture du kyste. Celui-ci mesure 4 cm et présente une forme ovoïde, avec deux petits prolonge-ments latéraux (figure 2). L’analyse anatomopathologique a montré une cavité kystique bordée par une paroi fibreuse richement vascularisée et conte-nant une sérosité hématique légèrement éosinophile ponctuée d’éléments inflammatoires et d’histiocytes. En périphérie du kyste, quelques îlots de glandes salivaires accessoires et de fibres musculaires striées sont observés. Au voisinage de l’os hyoïde, la cavité kystique est retrouvée, bordée par un épithé-lium cylindrique pseudo-stratifié cilié (figure 3). Un kyste thyréoglosse de la base de langue ??Dr N. Guerin* *Service ORL, Hôpital Robert-Boulin, 33500 Libourne. Figure 2. Kyste thyréoglosse de la base de langue, aspect peropératoire. Figure 1. IRM (coupe sagittale) : aspect nettement hyperintense, de type liquidien, de la masse basilinguale et de son prolongement antérieur, en pondération T2. RAPPEL EMBRYOLOGIQUE Le champ mésobranchial est la partie de l’intestin pharyngien comprise entre les extrémités ventrales des arcs branchiaux qui va former la langue, le corps thyroïde et l’épiglotte. La langue apparaît à la quatrième semaine de la vie embryonnaire sous la forme de deux renflements latéraux et d’un renflement médian, le tuberculum impar, dans la région à hauteur du premier arc. Peu après, un deuxième renflement médian apparaît : la copula, bour-geon du troisième arc, entre le tuberculum impar et l’éminence hypobranchiale ; la copula évoluera vers la formation de la base de langue. Enfin, un troisième renflement médian, constitué par la partie postérieure du quatrième arc, marque le développement de l’épiglotte. Par la suite, le mésoblaste prolifère, les deux ébauches latérales et le tuberculum impar fusionnent pour former le deux tiers antérieurs de la langue. Le tiers postérieur, ou base de langue, se forme à partir de la copula, située au-dessus de l’éminence hypobranchiale qui donnera l’épiglotte (figure 4). Le corps thyroïde apparaît à la troisième semaine de la vie embryonnaire sous forme d’une prolifération épithéliale au niveau du plancher de l’intestin, en un point appelé le foramen cæcum, à la pointe du V lingual. L’ébauche thyroïdienne se creuse pour former un canal qui pénètre dans le mésoblaste sous-jacent et migre en avant de l’intestin pharyngien. Ce canal thyréoglosse passe en arrière du premier arc et en avant de l’os hyoïde, de la membrane thyro-hyoïdienne et du cartilage thyroïde. La glande thyroïde prend sa position définitive en deux lobes latéro-trachéaux à la fin de la septième semaine. Normalement, ce tractus se résorbe et disparaît complètement, ne laissant que deux vestiges : la pyramide de Lalouette et une fossette vestigiale sur la langue, le foramen cæcum. La crois-sance de l’os hyoïde s’effectuant après celle du tractus, une adhérence peut exister entre celui-ci et la face inférieure et profonde du tractus. Le tractus précroise l’os hyoïde, puis s’enroule autour de son corps pour décrire une boucle serrée sur la face postérieure avant de s’en éloigner vers le bas. À ce niveau, il adhère très fortement au périoste. Le défaut de résorption du TTG est à l’origine de kystes malphigiens ou glandulaires, parfois accompagnés d’îlots thyroïdiens acces-soires. Le kyste du TTG peut se situer sur tout le trajet du trac-tus, de la base de langue à la pyramide de Lalouette, mais le plus souvent en position pré-hyoïdienne (figure 5). C A S C L I N I Q U E 26 La Lettre d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale - n° 236 - octobre 1998 Figure 5. Schéma illustrant le trajet du tractus thyréoglosse et son rap-port avec l’os hyoïde. Figure 4. Champ méso-branchial et formation de la langue. Figure 3. Kyste du tractus thyréoglosse (K) dans son trajet juxta-hyoïdien (H). bourgeons latéro-linguaux tuberculum impar foramen cœcum copula furcula amygdale palatine foramen cœcum os hyoïde cartilage thyroïde tractus thyréoglosse glande thyroïde 27 La Lettre d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale - n° 236 - octobre 1998 LES KYSTES DU TRACTUS THYRÉOGLOSSE BASILINGUAL Ce sont des malformations exceptionnelles. Une étude de la littérature en 1982 a permis de retrouver 1 284 cas de kystes du TTG décrits et 380 cas pour lesquels la localisation exacte du kyste est rapportée : 2,1 % sont de siège intralingual (soit 7 cas décrits antérieurs à 1949 et une localisation en profon-deur au niveau du V lingual décrite en 1971). Plus récemment, ont été décrits : – un kyste lingual du TTG opéré et mesurant 4,5 cm chez une petite fille de 7 ans (1972) – un kyste lingual communiquant par un canal avec la cavité oropharyngée au niveau du foramen cæcum chez un enfant de 11 ans : le kyste a été découvert lors d’un épisode de surinfec-tion qui a régressé sous antibiotiques et a ensuite été mis en évidence par une fistulographie (1981). Dans le diagnostic différentiel, on éliminera les kystes der-moïdes congénitaux médians, tout à fait rares, de topographie variée : sus-hyoïdiens, surtout au niveau du plancher buccal, ou adhyoïdiens, juste en avant de l’os hyoïde mais indépen-dants du corps de l’os hyoïde ; ils font partie des dysraphies cervico-faciales par défaut d’accolement des arcs branchiaux, et leur formation est due à une inclusion ou à une non-résorp-tion d’éléments épidermiques. Le kyste thyréoglosse intralingual reste donc une pathologie exceptionnelle, ce qui contraste avec les conclusions d’études histologiques de la langue (184 dissections), où l’on retrouve des restes de tractus étendus dans la langue sur plus de 3 mm dans 46 % des cas et un tractus étendu à toute la base de langue depuis la muqueuse de la face dorsale dans 4 % des cas. CONCLUSION À la lumière de l’étude de ce cas clinique, on peut recomman-der, dans le traitement chirurgical des kystes du tractus thyréo-glosse, le respect de la technique décrite par Sistrunk en 1920. Celle-ci consiste en la résection systématique du corps de l’os hyoïde et l’exérèse du tractus basilingual, avec ablation d’un cône musculaire en remontant dans la base de langue vers le foramen cæcum pour éviter toute récidive ultérieure, cervicale ou linguale. ? Merci d’écrire nom et adresse en lettres majuscules Pr, Dr, M., Mme, Mlle Prénom Pratique : ??hospitalière ??libérale ??autre Adresse Code postal Ville Pays Tél. Avez-vous une adresse E-mail : ??oui ??non Sinon, êtes-vous intéressé(e) par une adresse E-mail : ??oui ??non Merci de joindre votre dernière étiquette-adresse en cas de réabonnement, changement d’adresse ou demande de renseignements. Tarif 1998 / L ORL / Mensuel ABONNEMENT FRANCE / DOM-TOM et CEE ??1 an / 380 F ??2 ans / 620 F ??1 an / 190 F étudiants joindre la photocopie de la carte ??+ 60 F par avion pour les DOM - TOM ABONNEMENT ETRANGER / autre que CEE ??1 an / 470 F ??+ 190 F par avion POUR RECEVOIR LA RELIURE ??70 F avec un abonnement ou un réabonnement ??140 F par reliure supplémentaire (franco de port et d’ emballage) MODE DE PAIEMENT ??par carte Visa N° ou Eurocard Mastercard Signature : Date d’expiration ??par chèque (à établir à l’ ordre d’ EDIMARK) EDIMARK - 62-64, rue Jean-Jaurès - 92800 Puteaux Tél. : 01 41 45 80 00 - Fax : 01 41 45 80 25 - E-mail : contact@edimark.fr Votre abonnement prendra effet dans un délai de 3 à 6 semaines à réception de votre ordre. Un justificatif de votre règlement vous sera adressé quelques semaines après son enregistrement. A B O N N E Z -V O U S ! A B O N N E Z -V O U S ! A b o n n e z -v o u s e t b é n é f i c i e z d e s s e r v i c e s q u i v o u s s e r o n t e x c l u s i v e m e n t r é s e r v é s À découper ou à photocopier ?



LIENS UTILES CULTURE GENERALES INDEX BOUTIQUE CALENDRIER DES CONGRÈS