IDENTIFIEZ-VOUS Mot de passe oublié Problème de connexion ? Inscrivez-vous
Accueil Ajouter aux favoris
Edimark
moteur de recherche PanierMon panier : 0 article

>> Accueil >> Publications >> La Lettre de l'Oto-Rhino-Laryngologie >> N° 264 - Juin 2001

La Lettre de l'Oto-Rhino-Laryngologie

Juin 2001
SOMMAIRE ÉDITORIAL OURS ARCHIVES S'ABONNER  

EDITORIAL

Mais où sont les diapos d’antan… ?

Maintenant pour communiquer Dans les congrès, il faut être équipé, Finis les projections et les carrousels Car notre monde est devenu virtuel. Adieu nos diapos porte-bonheur Que nous rangions dans un classeur Et sortions à la dernière heure. Les EPU étaient sans souci, Et nous passions des nuits À montrer nos tympanoplasties Sur un mur qui servait d’écran, Mais où sont les diapos d’antan… ? L’orateur n’est plus rien sans régies Et techniciens rampant autour de lui, Cherchant prises et batteries. L’angoisse vous envahit Lorsque le contact n’est pas établi Et que vous devez descendre meurtris De la scène en murmurant : Mais où sont les diapos d’antan… ? Dans ce monde plein de nouveautés, Vous investirez sans arrêt : Votre vieux Mac, il faudra le changer Pour un PC plein de gigaoctets, Sans votre portable vous ne sortirez Avec ses icônes prêtes dedans, Mais où sont les diapos d’antan… ? DEA* et HDR** sont trop théoriques, Faites donc un BTS*** d’informatique : Vous jonglerez avec les logiciels, En JPEG vous comprimerez, Pour montrer les trous de nez, Et une bonne carte vidéo Vous assurera des bravos À la fin de votre show ! Graveurs, scanners et souris Sont plus utiles qu’un bistouri Car Adobe retouche vos rhinoplasties ! Alors jetez votre appareil photo, Avec son bel objectif macro, Pour un numérique à écran dans le dos, Et vous aurez vos images dans l’instant Mais où sont les diapos d’antan… ? Faute de secrétaires bien formatées, Vos soirées souvent les passerez À scanner et graver vos CD. Mais le virage est inéluctable Nous aurons tous notre portable, Et nous dirons en regardant Nos nouveaux documents : Mais où sont les diapos d’antan… ?

ACTUALITÉ

VIIIe Congrès de la Société internationale francophone d’ORL et de chirurgie cervico-faciale

Cholestéatomie La classification des cholestéatomes (B. Fraysse, Toulouse), fondée sur l’otoscopie et les données radiologiques, permet de prévoir quelle technique chirurgicale il faut envisager. Les auteurs décident de leur stratégie en fonction du type histologique du cholestéatome et de sa localisation. Trois types histologiques peuvent être individualisés :

  1. les cholestéatomes par rétraction résultent d’un trouble de ventilation dans l’oreille moyenne, avec, comme conséquence, une atrophie de la lamina propria et un dysfonctionnement de l’épithélium pavimenteux stratifié ;
  2. les cholestéatomes par perforation sont secondaires à une invagination de l’épiderme au niveau d’une perforation tympanique ;
  3. les cholestéatomes papillaires naissent à partir de la couche basale du tympan.

INTERNET

Les vacances et la culture sur le Net

Pour voyager, le virtuel, c’est bien, mais le réel, c’est mieux. On peut même utiliser l’un pour l’autre… Voici quelques sites de voyages qui vous tenteront, vous feront rêver et peut-être même passer à l’acte. Le plus connu des sites francophones, qui existait déjà aux temps glorieux du Minitel, c’est Dégriftour sur www.degriftour.com. Pour des séjours dans le monde entier, degriftour.com est le site à consulter en priorité. Avec plusieurs dizaines de milliers d’offres de voyages, son catalogue est le plus riche et le plus varié du Net francophone. De nombreuses formules y sont disponibles. Vous pourrez même réserver une table dans les meilleurs restaurants de France, en connaissant à l’avance le menu et, surtout, le montant de l’addition, avec une bonne ristourne à la clé.

FICHE PRATIQUE

Intérêt de l'imagerie dans l'ethmoïdite de l'enfant

L’ethmoïdite peut s’extérioriser par des manifestations ophtalmologiques. L’œdème palpébral est alors le premier signe d’appel, mais il peut correspondre à une extériorisation antérieure, en avant du septum cartilagineux de la paupière (cellulite préseptale ou périorbitaire), ou s’ajouter à une extériorisation postérieure, en arrière de ce même septum palpébral (cellulite rétroseptale ou intraorbitaire) (figure 1). La crainte d’une pathologie rétroseptale (risque fonctionnel, voire vital) devant une tuméfaction infectieuse aiguë de la région orbitaire de l’enfant pousse le clinicien à demander rapidement un scanner. Il paraît raisonnable de le réserver à certaines situations de doute clinique. Il permet alors de poser un diagnostic topographique des lésions inaccessibles à l’examen clinique et de proposer une thérapeutique médicale ou chirurgicale adaptée. Mais cette imagerie doit être demandée en connaissance de cause, après une démarche diagnostique tenant compte d’abord des éléments cliniques et non pas “en allant à la pêche” d’une improbable complication.

CAS CLINIQUE

Duplication linguale

Observation clinique L’enfant N.S. est hospitalisé à un jour de vie dans le service de néonatalogie de l’hôpital Robert-Debré pour troubles de la déglutition. L’enfant est né à terme. La grossesse et l’accouchement, effectué par césarienne, se sont déroulés sans particularité. L’enfant est eupnéique et apyrétique. L’examen clinique révèle la présence d’une masse ferme soulevant le plancher buccal droit, infiltrant et diminuant la mobilité de la langue mobile. À l’échographie, la masse apparaît polykystique, de contenu finement échogène, indépendante de la glande sublinguale. Une ponction à l’aiguille ramène un liquide citrin stérile et acellulaire

Phlegmon rétrostylien. Diagnostic, traitement et complications

Le torticolis est une cause fréquente de consultation. Un torticolis fébrile doit faire redouter le diagnostic d’abcès rétrostylien, et, au moindre doute, une imagerie doit être faite en urgence. Cas Clinique Depuis 6 jours, Monsieur K.M., 25 ans, ouvrier d’origine algérienne, présente un torticolis droit pour lequel il a bénéficié d’un traitement anti-inflammatoire non stéroïdien et antalgique prescrit par son médecin traitant. L’état général s’est détérioré, avec aggravation du torticolis et l’installation d’un syndrome infectieux qui a motivé la consultation aux urgences.

ABSTRACTS

Revue de la littérature

Complications de l’exérèse des kystes du tractus thyréoglosse selon la technique de Sistrunk Complications associated with the Sistrunk procedure. Maddalozzo J, Venkatesan TK, Gupta P o Laryngoscope 2001 ; 111 : 119-23. La technique décrite par Sistrunk en 1920 est la technique de référence pour l’ablation des kystes du tractus thyréoglosse. Elle consiste en l’exérèse en monobloc du kyste, du corps de l’os hyoïde et d’un cône de base de langue allant jusqu’au foramen cæcum. La limite postérieure d’exérèse est le cartilage thyroïde et la membrane thyrohyoïdienne. La mise en place d’un doigt en bouche aide à l’identification de la zone où se trouve le foramen cæcum. Avec cette technique, dans les séries publiées dans la littérature, il y a 3 % de récidives. Les auteurs font une étude rétrospective d’une série de 35 kystes du tractus thyréoglosse. Il y avait 60 % de garçons et la moyenne d’âge était de 4 ans. Les auteurs laissent un drainage du type drain de Penrose pendant 24 heures. Ils n’ont observé aucune complication grave et aucune récidive. Il y a eu 6 hématomes postopératoires, 1 infection de la cicatrice et 3 abcès sur fil, soit 29 % de complications mineures.



LIENS UTILES CULTURE GENERALES INDEX BOUTIQUE CALENDRIER DES CONGRÈS