Thérapeutique

Le traitement par interféron alpha prévient-il la survenue d'un carcinome hépatocellulaire chez les malades atteints d'hépatite chronique C ?

Mis en ligne le 04/10/2000

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 119,34 Ko)

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est l’un des cancers les plus fréquents dans le monde. Les facteurs étiologiques associés au CHC sont multiples (virus, alcool, aflatoxine, etc.), souvent intriqués, et leur poids varie selon la zone géographique considérée. En Occident, le CHC survient presque exclusivement chez les sujets atteints de maladie chronique du foie, parvenue au stade de cirrhose dans 90 % des cas (1). En France, les deux causes de cirrhose les plus fréquemment associées au CHC sont l’alcool, dans 60 % des cas, et le virus de l’hépatite C (VHC), dans 20 % des cas (2). Le CHC est une complication fréquente de la cirrhose : son incidence annuelle est évaluée entre 2 et 8 % selon les études et augmente avec le temps de façon linéaire (3).

En France, 3 000 à 6 000 nouvelles personnes seraient atteintes de CHC tous les ans (4). L’augmentation de l’incidence du CHC observée en Europe et aux États-Unis est vraisemblablement multifactorielle, liée notamment à la meilleure maîtrise des autres complications mortelles de la cirrhose, comme les infections et les hémorragies digestives, et à l’augmentation du nombre de sujets infectés par le VHC parvenant au stade de cirrhose (5).

[...]

centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie,
Hépatologie
thématique(s)
Hépatite C
Mots-clés