Dossier

Activité physique (AP) et sclérose en plaques

Mis en ligne le

Auteurs :

L’activité physique (AP) a longtemps été déconseillée aux patients atteints de sclérose en plaques (SEP), de peur de voir les symptômes s’aggraver et la fatigue se renforcer. Depuis la fin des années 1990, l’intérêt des exercices en endurance et/ou en résistance a été démontré, et ce dès le stade précoce de la maladie, ce qui permet d’améliorer la tolérance à l’exercice, la fatigue et la qualité de vie de ces patients. Ces effets bénéfiques sont “médiés” par des mécanismes adaptatifs de protection et de régénération neuronale.

auteurs
Pr Marie Eve ISNER-HOROBETI

Médecin, Médecine physique et réadaptation, Institut universitaire de réadaptation Clemenceau, CHU, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Jérôme DE SEZE

Médecin, Neurologie, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Médecine physique & réadaptation,
Rhumatologie
Mots-clés