Dossier

Toxine botulique et lombalgie chronique

Mis en ligne le

Mis à jour le 30/08/2017

Auteurs : G. Paris, A. Dupeyron, M.M. Lefèvre-Colau

  • À l'heure actuelle, au vu de la littérature, il n'y a clairement pas de preuves suffisantes en faveur de l'utilisation de la toxine botulique dans le traitement des lombalgies chroniques.
  • Les effets antalgiques de la toxine semblent intéressants pour traiter cette population à court terme, mais la paralysie, même temporaire, est en contradiction avec les traitements proposés actuellement, comme les programmes multidisciplinaires avec réentraînement physique.
  • Considérant la prévalence de la lombalgie, des preuves d'efficacité indiscutables sont nécessaires avant de proposer ce traitement en soins courants.
Liens d'interêts

G. Paris déclare avoir des liens d’intérêts avec Merz Pharma.

A. Dupeyron déclare avoir des liens d’intérêts avec Thuasne et Merz Pharma.

M.M. Lefèvre-Colau déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Guillaume PARIS

Médecin, Médecine physique et réadaptation, Hôpital Cochin, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Arnaud DUPEYRON

Médecin, Médecine physique et réadaptation, CHU, Nîmes, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Marie-Martine LEFÈVRE-COLAU

Médecin, Rhumatologie, Hôpital Cochin, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Médecine physique & réadaptation,
Rhumatologie
Mots-clés