Dossier

Activité physique et diabète de type 2

Mis en ligne le 18/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,11 Mo)
  • L 'activité physique (AP) régulière (une séance toutes les 48 à 72 heures) fait partie intégrante du traitement du diabète de type 2 en complément des mesures diététiques et des traitements.
  • L 'AP diminue la résistance à l'insuline, car elle améliore la circulation, l'oxydation lipidique et diminue la lipotoxicité, l'inflammation de bas grade et le stress oxydant associés aux dépôts de graisse ectopique, et pourrait réguler l'autophagie et le stress du réticulum endoplasmique.
  • L'AP diminue le risque cardiovasculaire et en particulier la neuropathie cardiaque autonome ainsi que les comorbidités.
  • Il n'existe pas de type d'exercice efficace univoque. Des recommandations trop générales imposent d'envisager des programmes individualisés au service du traitement d'anomalies spécifiques associées au diabète de type 2.
auteurs
Dr Patrice FLORE

Médecin, Médecine du sport, Hôpital Sud, CHU, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Anna BOROWIK

Autre professionnel de santé, Hôpital Sud, CHU, Sassenage, France

Contributions et liens d’intérêts
M Hervé DUBOUCHAUD

Université Grenoble Alpes, Laboratoire LBFA, INSERM U1055, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Diabète
Mots-clés