Dossier

Désadaptation ou inadaptation de l'axe corticotrope en situation de burn out

Mis en ligne le 28/02/2021

Auteurs : R. Desailloud

  • Le dosage en base des hormones du système corticotrope (cortisol, ACTH, SDHEA) ne permet pas l'évaluation de la non-adaptation de la réponse corticotropre au stress chronique qui conduit au burn out.
  • Les tests dynamiques, de la réponse surrénalienne au moyen du tétracosactide et de la réponse corticotrope par le biais de l'exposition à un stress codifié (Trier Social Stress Test, TSST), permettent de distinguer des profils de réponse différents chez les témoins et chez les patients en burn out.
  • La fonction des récepteurs des glucocorticoïdes (GR) est le point central de la régulation de l'adaptation au stress ; elle est déterminée de manière intrinsèque par les gènes des GR et de leur protéine chaperon FKBP5 (polymorphismes génétiques), mais peut être altérée par des modifications épigénétiques.
  • Les tests à la dexaméthasone, à la dexaméthasone associée à la CRH (corticotropin-releasing hormone) et l'étude de la dexamethasone-induced gene expression sont les tests les plus sensibles de la sensibilité des GR.
  • Les données sont en faveur d'une hypersensibilité des GR en situation de burn out. Cette hypersensibilité est à l'origine d'une désadaptation (si elle est acquise) ou inadaptation (si elle est préexistante) de la réponse corticotrope au stress chronique du burn out.
Liens d'interêts

R. Desailloud déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Pr Rachel DESAILLOUD
Pr Rachel DESAILLOUD

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
CHU, Amiens
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie,
Vie professionnelle
Mots-clés