Dossier

Dysphorie de genre : la place de l'endocrinologue

Mis en ligne le

Mis à jour le 18/09/2017

Auteurs : Catherine Brémont Weill

  • La prise en charge des personnes transsexuelles en France a débuté dans les années 1970 et s'est progressivement structurée pour mettre en place plusieurs équipes multidisciplinaires. Depuis 2010, grâce à la création de la SoFECT (Société française d'études et de prise en charge du transsexualisme), ces équipes travaillent en réseau et partagent leur expérience pour collaborer et améliorer la prise en charge globale des personnes. Depuis 2013, la prise en charge des enfants et des adolescents se développe au sein d'équipes pédiatriques spécialisées. Parallèlement à cette évolution médicale, il existe une évolution sociétale qui conduit à englober le transsexualisme dans une entité plus large, la dysphorie de genre, nécessitant de bien évaluer les personnes prises en charge, dont les demandes et les attentes diffèrent. La prescription de l'hormonothérapie fait l'objet de recommandations, qu'il s'agisse de l'instauration du traitement après évaluation psychiatrique et décision collégiale, ou des modalités de celui-ci et de son suivi. Le suivi à long terme est indispensable pour évaluer les bonnes pratiques.
Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Catherine BRÉMONT WEILL

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Hôpital Cochin-Port-Royal, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Hormones
Mots-clés