Cas clinique

Néoplasie endocrinienne multiple, mais de quel type ?

Mis en ligne le 21/10/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,54 Mo)
L’histoire de monsieur C. s’étale sur près d’une vingtaine d’années. Elle débute alors qu'il est âgé de 29 ans. Il n’a à ce moment-là pas d’antécédent médical ou chirurgical particulier. Il ne suit aucun traitement. À l’occasion d’un épisode de type grippal, il prend un rendez-vous de consultation avec son médecin traitant. Celui-ci est en vacances et c’est son remplaçant qui le reçoit. Sans négliger le motif précis de la consultation, le médecin remplaçant est d’emblée intrigué par l’aspect du patient, qu’il voit pour la première fois. Son visage est allongé, ses lèvres et ses téguments sont épais, le prognathisme est net. Le tableau clinique rappelle à la mémoire du médecin les clichés présentés en illustration de l’enseignement qu’il avait reçu sur la pathologie hypophysaire. Le diagnostic très plausible d’acromégalie est étayé par le reste de l’examen clinique du patient. Monsieur C. mentionne une asthénie modérée, de fréquentes céphalées et une sudation excessive. Il se plaint en outre de paresthésie des doigts de la main droite et d’une dyspnée d’effort. La pointure de ses chaussures a dû être augmentée de 2 tailles au cours des dernières années. Il mesure 1,92 m et pèse 100 kg. L’aspect de son visage est caractéristique d’une acromégalie. Il existe en outre une macroglossie. Lors de la consultation, la pression artérielle est à 130/80 mmHg et le rythme cardiaque est régulier, à 80 pulsations par minute. Le champ visuel est cliniquement normal.
auteur
Dr Jean-Marc KUHN

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
CHU, Rouen
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Diabète,
Hormones,
Nutrition
Mots-clés