Image

Ostéite fibrokystique compliquant une hyperparathyroïdie primitive

Mis en ligne le 16/11/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 132,98 Ko)

L'étiologie des hyperparathyroïdies primitives (HPTHP) est dominée par les adénomes parathyroïdiens ou l'hyperplasie des 4 glandes, le carcinome parathyroïdien étant une éventualité rare dont le spectre phénotypique est souvent mal connu. Nous rapportons le cas d'une patiente opérée d'un volumineux nodule hyperplasique de la loge thyroïdienne gauche découvert devant une HPTHP (calcémie : 2,98 mmol/l ; parathormone [PTH] : 306 ng/l) et pour lequel l'histologie était en faveur d'une hyperplasie parathyroïdienne. La PTH s'est rapidement normalisée après l'intervention. Quinze ans plus tard, à l'âge de 91 ans, la patiente est de nouveau hospitalisée, pour une hypercalcémie maligne révélée par un tableau digestif aigu associant douleurs abdominales et vomissements à une altération sévère de l'état général évoluant depuis plusieurs mois, parallèlement à l'installation d'un syndrome confusionnel.

Liens d'interêts

A. Jehl et N. Chevalier déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Alexandre JEHL

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, HOSPICES CIVILS DE LYON, LYON CEDEX 02, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Nicolas CHEVALIER

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Hôpital de l’Archet, CHU, Nice, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Hormones
Mots-clés