Dossier

Sport d'endurance et sport contre résistance : impact de la nutrition sur les performances

Mis en ligne le 18/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,13 Mo)
  • Les sports contre résistance et en endurance sont les formes d'entraînement les plus pratiquées dans le monde. Les récentes études sur le métabolisme énergétique, notamment sur les effets d'apports exogènes (en glucides et en protéines) sur la performance et sur l'anabolisme musculaire, font l'objet de nouvelles recommandations.
  • Le rinçage de bouche avec une solution glucosée est une pratique à développer lors des exercices d'une durée de 30 mn à 1 h 15.
  • Il existe une relations dose-réponse entre la quantité de glucides exogènes à apporter et la durée de l'exercice.
  • L'apport en glucides exogènes doit être varié pour atteindre les niveaux d'utilisation les plus élévés.
  • La co-ingestion glucides-protéines permet d'améliorer les processus d'anabolisme des protéines musculaires.
  • L'apport en leucine doit atteindre le seuil de 3 g par repas/de 0,4 g de protéine/kg par repas pour avoir un effet positif sur les taux de synthèse des protéines musculaires.

L'entraînement en résistance est une forme d'activité conçue pour améliorer la condition physique en mettant en jeu un (des) groupe(s) musculaire(s) contre une résistance externe. Les programmes d'entraînement associent très fréquemment les exercices d'endurance aux exercices de type “musculation”, mais pas nécessairement dans la même session. Le but de cette association d'exercices est de maintenir ou d'améliorer les performances cardiorespiratoires et musculaires du sportif. Cette association d'exercices est conseillée par l'American College of Sports Medicine (ACSM) et l'American Heart Association (AHA) pour ses effets bénéfiques pour la santé. L'adéquation des besoins nutritionnels aux exigences du programme d'entraînement demeure une condition requise pour la performance et pour le maintien à long terme d'une bonne santé. Une nutrition spécifique à chaque type d'exercice va répondre à différents objectifs comme la nécessité de moduler les apports glucidiques et protéiques, de veiller à la qualité des nutriments et à l'équilibre des micronutriments, que ce soit pendant la période d'entraînement au cours de la compétition ou lors de la récupération.

auteur
Dr Gautier ZUNQUIN
Dr Gautier ZUNQUIN

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Université littoral côte d’opale, Dunkerque
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Nutrition
Mots-clés