Editorial

Épidémiologie et hémopathies malignes

Mis en ligne le 24/09/2020

Auteurs : Dr Cédric Rossi et Pr Pierre Feugier

Lire l'article complet (pdf / 77,87 Ko)

Au même titre que la biologie et l'imagerie, l'épidémiologie est devenue une facette essentielle de l'hématologie, que ce soit pour le clinicien − en raison de l'ensemble des informations générées par ces données −, ou dans le domaine de la recherche − pour construire des projets fondés sur des paramètres fiables d'incidence, de prévalence, de survie…

Ce dossier a pour vocation de brosser un panorama non exhaustif des différentes actualités de cette discipline dans les hémopathies malignes et de suggérer aux hématologues − non encore convaincus − tout le bénéfice qu'il est possible d'en tirer en 2020. L'actualité a rejoint notre ligne éditoriale en mettant à la une l'épidémiologie en infectiologie et notre rubrique Raconté à Juliette, mitonnée par Marie-Christine Béné, nous permet de prendre une respiration historique captivante en pleine pandémie de COVID-19.

Alain Monnereau présente le réseau FRANCIM, dont il est le président, en expliquant son organisation et ses objectifs. Les données d'incidence, de prévalence et de survie sont résumées par Sandra Le Guyader-Peyrou et Morgane Mounier (résultats bruts et évolution sur plusieurs décennies). Deux articles traitent ensuite de la manière d'estimer les disparités sociales dans la prise en charge des hémopathies malignes. Morgane Mounier et Marc Maynadié pour les leucémies aiguës myéloïdes, d'une part, et Sandra Le Guyader-Peyrou pour les hémopathies lymphoïdes, d'autre part, présentent des travaux permettant de rendre compte du rôle des inégalités sociales et du lieu de résidence sur la prise en charge et le pronostic de ces patients. Hervé Ghesquières expose l'étude REALYSA, étude de vraie vie concernant la prise en charge des lymphomes en France, actuellement en cours (avec l'objectif ambitieux d'inclure 6 000 patients !) et comportant un volet épidémiologique adossé aux données plus classiques, cliniques, d'imagerie et biologiques. Une fois terminé (en 2024), cela constituera une plateforme de données extrêmement précieuses pour mieux comprendre, entre autres, l'influence des expositions personnelles et/ou professionnelles et disposer d'arguments pour pouvoir prendre des mesures de santé publique. D'ailleurs, Pascale Fabbro-Peray revient de façon exhaustive sur le rôle des pesticides connu à ce jour dans la lymphomagenèse et comme facteur de résistance thérapeutique. Enfin, l'équipe caennaise rapporte son expérience dans une pathologie bien particulière, la leucémie à tricholeucocytes.

Last but not least, le Pr Norbert Ifrah, président de l'INCa, a eu la gentillesse de rédiger l'avant-propos.

Nous espérons que, après cette lecture, vous serez convaincus de la synergie croissante entre hémato­logie et épidémiologie !

Excellente lecture à toutes et à tous.

Liens d'interêts

C. Rossi déclare avoir des liens d’intérêts avec Roche, Janssen et Takeda. P. Feugier n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Cédric ROSSI

Médecin, Hématologie, CHU, Dijon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Pierre FEUGIER

Médecin, Hématologie, CHRU, Nancy, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie hématologie