Editorial

Quoi de neuf dans les lymphomes ?
La suite !

Mis en ligne le 31/12/2019

Auteurs : M.C. Béné et P. Gaulard

Lire l'article complet (pdf / 1,92 Mo)

Voici le second versant du diptyque COH consacré aux lymphomes, que nous avons concocté à 4 mains pour vous, promenade kaléidoscopique dans le monde varié des lymphomes.

Après la forêt des enzymes, mettons en application les techniques de séquençage décrites dans le numéro précédent pour plonger dans la jungle des modifications moléculaires, couramment appelées “mutations” mais que les puristes préfèrent maintenant désigner sous le terme de “variants”, tant il reste difficile d'être certain de modifications de cause à effet. Ce voyage nous emmène avec Alexis Gonon, Philippe Gaulard et François Lemonnier, dans l'univers complexe des lymphomes T périphériques d'origine “T-helper-folliculaires”, avec l'espoir de pistes thérapeutiques innovantes.

En miroir, Fabrice Jardin nous propose l'état de l'art actuel de la classification moléculaire des lymphomes B. Qu'arrive-t-il soudain à la sacro-sainte dichotomie “GC-non GC” ? Que sont ces nouveaux sous-groupes qui vont peut-être changer notre vocabulaire ? Comment cela va-t-il modifier notre évaluation pronostique pour les patients au diagnostic ? Des éléments de réponse sont proposés quant à la transposabilité de ces ouvertures dans la pratique courante. Fabrice Jardin cultive enfin le suspense en entrouvant une nouvelle porte, inattendue mais finalement très logique.

Troisième type de lymphome à être sous les projecteurs, le lymphome de Hodgkin, avec Cédric Rossi et Olivier Casasnovas. Beaucoup de nouveautés encore dans ce domaine, avec la place devenue prédominante de la tomographie par émission de positons (TEP) et l'évolution des approches thérapeutiques, en particulier avec des stratégies guidées d'escalade et de désescalade. Bien sûr, le stratagème des cellules de Sternberg qui “paralysent” leur environnement immunitaire peut être mis en défaut grâce aux inhibiteurs de checkpoint. Mais on verra que c'est une dynamique en pleine évolution qui est encore à la recherche de son coût.

Enfin, comment parler des lymphomes en 2019 sans évoquer l'espoir énorme apporté par la stratégie audacieuse des CAR-T cells. Amira Marouf et Gilles Salles nous parlent de cette nouvelle “carte”, à jouer sans doute dans des situations qui restent à bien préciser, pour optimiser les bénéfices de cette technologie. Après un rappel des fondements immunologiques et de l'évolution des “générations” de CAR-T cells, un panorama riche et exhaustif est brossé de ce domaine en pleine expansion.

Bonne lecture.


Liens d'interêts

M.C. Béné déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

P. Gaulard n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Pr Philippe GAULARD

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Hôpital Henri Mondor, AP-HP, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
thématique(s)
Lymphomes non hodgkiniens