Dossier

Un second temps pour préserver la fertilité après la maladie chez la femme ?

Mis en ligne le 27/06/2018

Mis à jour le 29/06/2018

Auteurs : C. Decanter

Une information sur les risques d'infertilité future et les techniques de préservation de la fertilité fait désormais partie du parcours de soins de toute patiente à la veille d'un traitement potentiellement gonadotoxique. Malgré le développement de nombreux centres d'onco-fertilité, idéalement répartis sur le territoire français, il reste difficile dans certains cas d'accéder aux procédures mises en place du fait du caractère urgent du traitement oncologique ou de contre-indications médicales à la stimulation ovarienne ou à la cœlioscopie pour ovariectomie. Cet article s'attache à détailler les arguments en faveur d'un deuxième temps de préservation de la fertilité, à distance de la maladie.

Liens d'interêts

C. Decanter déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Christine DECANTER

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Hôpital Jeanne-de-Flandre, CHRU, Lille
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
Mots-clés