Editorial

Une thérapie révolutionnaire … vieille de 30 ans

Mis en ligne le 30/04/2019

Auteurs : Dr Sylvain Choquet

Lire l'article complet (pdf / 70,81 Ko)

Sujet incontournable de l'hématologie actuelle, les CAR-T cells se devaient d'être traitées dans Correspondances en Onco-Hématologie. Qu'il s'agisse d'une révolution dans la prise en charge de nos patients ne fait aucun doute, mais que cette aventure ait débuté il y a 30 ans est moins évident pour la majorité des lecteurs.

C'est Gideon Gross (1) qui établit en 1989 les fondements de l'édifice en modifiant le récepteur T pour qu'il exprime une immunoglobuline, créant ce qu'il appelle alors des “molécules chimériques immunoglobuline-­récepteur T”. Au-delà d'une construction originale, Gross (de l'équipe de Zelig Eshhar) crée une molécule dont l'affinité passe du micro­molaire au nanomolaire et dont l'efficacité s'affranchit du système HLA, 2 propriétés de choix pour lutter contre les tumeurs réfractaires.

Deux années plus tard, le CD3ζ est confirmé comme l'élément essentiel du récepteur T pour induire l'activation de la cellule (2), découverte majeure pour les futures constructions des CAR-T cells. La suite sera plus fastidieuse et il faudra attendre 2011 pour la première utilisation vraiment réussie chez l'homme, dans la leucémie lymphoïde chronique (3), et fin 2012 pour le formidable essor médiatique donné par la probable guérison d'Emily Whitehead, une fillette de 6 ans atteinte d'une leucémie aiguë lymphoblastique réfractaire, à Philadelphie.

Laissons la narration de la suite de cette formidable épopée aux auteurs de ce dossier. Vous y découvrirez tous les pans de cette nouvelle thérapeutique, ses indications, ses perspectives, la recherche actuelle, tant privée qu'institutionnelle et, quitte à traiter d'une thérapie cellulaire qui a le vent en poupe, nous vous offrons une mise à jour des connaissances d'une thérapie non chimérique mais toujours prometteuse, celle des lympho­cytes T antiviraux.

Devant tant de promesses , je ne peux que vous souhaiter une bonne dégustation…

Références

1. Gross G et al. Expression of immunoglobulin-T-cell receptor chimeric molecules as functional receptors with antibody-type specificity. Proc Natl Acad Sci USA 1989;86(24):10024-8.

2. Irving BA et al. The cytoplasmic domain of the T cell receptor zeta chain is sufficient to couple to receptor-associated signal transduction pathways. Cell 1991;64(5):891-901.

3. Porter DL et al. Chimeric antigen receptor-modified T cells in chronic lymphoid leukemia. N Engl J Med 2011;365(8):725-33.

Liens d'interêts

S. Choquet n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Dr Sylvain CHOQUET
Dr Sylvain CHOQUET

Médecin
Hématologie
Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie