Dossier

Transfert adoptif de lymphocytes T antiviraux et greffe de cellules souches hématopoïétiques

Mis en ligne le 30/04/2019

Auteurs : M. Gauthier, C. Laroye, D. Bensoussan

  • Les infections et réactivations virales opportunistes sont des facteurs importants de morbidité lors d'immunodépression post-greffe (HSCT) de cellules souches hématopoïétiques (CSH). Durant cette période, les traitements pharmacologiques antiviraux non dépourvus d'effets indésirables montrent une efficacité inconstante en l'absence de reconstitution immunitaire concomitante. L'immunothérapie par transfert adoptif de lymphocytes T cytotoxiques antiviraux (CTL) permet de pallier ce défaut de reconstitution immunitaire spécifique. Si leur efficacité et leur sécurité d'emploi restent à évaluer par des essais sur de larges cohortes randomisées, les études actuelles offrent des résultats encourageants, montrant une faible incidence de réaction du greffon contre l'hôte (GVHD) et une réponse antivirale globale robuste. L'accumulation de ces données tend à suggérer l'inclusion du traitement par CTL antiviraux dans des stratégies de prise en charge plus précoce des infections virales post-HSCT, comme les infections au virus Epstein-Barr (ECIL-6). À l'avenir, le développement de CTL multivirus et le couplage à la technologie des récepteurs chimériques (CAR) promettent un élargissement du champ d'application des CTL antiviraux.
Liens d'interêts

M. Gauthier déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

C. Laroye et D. Bensoussan n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteur
Dr Mélanie GAUTHIER

Interne
Unité de Thérapie Cellulaire, CHRU Nancy, Nancy
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
Mots-clés