Vocabulaire

Chronos

Mis en ligne le 18/12/2017

Mis à jour le 29/12/2017

Auteurs : Jean-Joseph Julaud

Télécharger le pdf (pdf / 46,01 Ko)

Il était une fois, en des temps très anciens, voire bien davantage, Ouranos, le dieu du ciel, et Gaïa, la déesse de la terre. Leur fils Cronos, ainsi que tous ses frères et sœurs – les Titans et Titanides –, étaient maintenus prisonniers dans le sein de leur mère, papa Ouranos tenant à sa tranquillité. Cronos le courageux saisit la faucille que tendait sa mère à toute sa marmaille pour la délivrer de son sort. Il émascula son père, devint roi, épousa sa sœur Rhéa et, pour éviter que se réalise la prophétie selon laquelle il serait détrôné par un de ses fils, mangea ses enfants à mesure qu'ils naissaient.

La mythologie grecque est parfois tellement coupe-faim que sa lecture pourrait être conseillée dans les régimes amaigrissants…

Reprenons : Rhéa, bien triste de voir disparaître ses enfants, substitue un jour à son dernier-né une pierre qu'elle enveloppe de langes. Cronos, l'avale avidement sans se rendre compte de la supercherie ! Mais qui donc était cet enfant sauvé de l'estomac de son père ? C'était Zeus en personne !

Zeus devenu grand détrône son père et ramène à la vie ses frères et sœurs Déméter, Hestia, Héra, Hadès, Poséidon… On connaît la suite.

Ainsi pourrait s'achever l'article sur Chronos si l'œil n'était attiré par un détail, une lettre que nous envoient les temps très anciens, ou plutôt le Temps ; cette lettre, le “h” entre le “C” et le “r”, occultée par les approximatifs, a conduit à la fusion, pis, à la confusion de Cronos et Chronos, et cela même en des lieux où, prétend-on, souffle l'esprit !

Car Chronos n'est point Cronos. Et vice versa !

Mais qui est donc Chronos ? Il faut remonter au VIe siècle avant J.C. pour voir se développer en Grèce un courant religieux fondé sur le mythe d'Orphée – celui qui échoua dans sa tentative de ramener des enfers son Eurydice morte d'une piqûre de serpent.

Ce courant, à la fois religieux et poétique, emprunte à la mythologie en place des déesses et des dieux, des récits et légendes, des paternités, maternités et filiations diverses où apparaît notre Chronos qui personnifie le temps.

Inutile d'attendre que s'élucide le rôle de ce dieu au moyen de la racine du mot qui le désigne : nul n'a pu cerner avec certitude quelque racine indo-­européenne où il aurait pris naissance ; et poursuivre l'enquête, c'est proprement partir à la recherche du temps perdu !

Chronos, muni du “h” qui confirme son identité, est né, dans la tradition orphique, de Gaïa, la Terre et d'Hydros, l'Eau. Plus tard, il épouse Ananké, la Destinée. Le Temps uni à Destinée, la fatalité ? Vite, qu'on sache qui sont leurs enfants ! Eh bien voici : Chaos, l'abîme, Éther, l'air, et Phanès, l'amour !

Tradition orphique oblige, le lecteur, ici, s'élance, ébloui, enivré, jusque vers “les confins des sphères étoilées” chers à Baudelaire, pour poétiser à sa guise et tout son soûl.

Tradition linguistique oblige, examinons la descendance lexicale de Chronos, le Temps, époux des humains, qui découpe en heures, minutes et secondes le jour et la nuit.

S'agit-il de connaître la mesure d'un instant ? Prenons le chronomètre. S'agit-il de conter dans l'ordre où ils se déroulèrent des faits historiques ? Écrivons-en une chronique. Au XVIIe siècle, notre chronique nous sert aussi à désigner un ensemble de nouvelles, avérées ou non. Faut-il, en médecine, mettre l'accent sur l'apparition de symptômes qui s'installent, durent ad vitam aeternam ou presque ? On dira de la maladie qu'elle est chronique. Découvre-t-on une substance miraculeuse qui la soigne ? Cette nouvelle défrayera la chronique, occupera toutes les conversations. Et, annoncée concomitamment dans tous les médias, on louera le caractère synchrone de l'opération ! Puis chacun retrouvera ses occupations chronophages, celles qui dévorent le temps, ce qui n'est que justice car ce qui ne fut point dit tout à l'heure, c'est que Chronos, comme son homonyme Cronos, s'est lui aussi repu de quelques membres de sa famille.

Lecteur, pouvez-vous maintenant redire sans la lire cette chronique de Chronos ? Relevez-vous cette gageure ? En êtes-vous sûr ? Vous avez trois minutes. Top chrono !

auteur
M Jean-Joseph JULAUD

Professeur de français, auteur de romans, nouvelles, livres pratiques et essais, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés