Dossier

Gènes de fusion impliquant les récepteurs FGFR dans les tumeurs solides : opportunités pour le développement de thérapies ciblées

Mis en ligne le 30/09/2019

Auteurs : D. Pouessel, C. Gomez-Roca, Y. Allory

  • Des fusions impliquant les récepteurs FGFR ont été rapportées dans de multiples types tumoraux, notamment les carcinomes urothéliaux, les cholangiocarcinomes intrahépatiques et les glioblastomes. Elles complètent le spectre des altérations moléculaires de la voie FGF/FGFR dans les cancers, à côté des mutations activatrices et des amplifications géniques. Le rôle oncogénique des protéines de fusion FGFR a pu être démontré, au moins pour la variante la plus fréquente, FGFR3-TACC3. Les essais cliniques de phase I et II testant des inhibiteurs de tyrosine kinases sélectifs ont permis d'obtenir des résultats prometteurs, en particulier pour les cholangiocarcinomes avec fusion FGFR2 et les carcinomes urothéliaux mutés FGFR3 ou avec un transcrit de fusion FGFR3.
Liens d'interêts

D. Pouessel déclare avoir des liens d’intérêts : participation à des boards des laboratoires AstraZeneca, Sanofi, Pfizer, Merck Serono, Astellas, Janssen ; orateur invité par les laboratoires AstraZeneca, Astellas et Bristol-Myers-Squibb.

Carlos Gomez-Roca déclare avoir des liens d’intérêts : participation à des boards des laboratoires Bristol-Myers-Squibb et AstraZeneca ; oreteur invité par Roche et Bristol-Myers-Squibb ; invitation au congrès (travel fees) par Roche, BMS et Pierre Fabre ; bourses d’investigation par Bristol-Myers-Squibb.

Y. Allory déclare avoir des liens d’intérêts : participation aux boards du laboratoire AstraZeneca et orateur invité par AstraZeneca, MSD et Bristol-Myers Squibb.

auteur
Dr Damien POUESSEL

Médecin
Oncologie
Service d’oncologie médicale, institut universitaire du cancer- Oncopole, Toulouse
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés