Dossier

Hétérogénéité tumorale des adénocarcinomes du poumon, progression sous thérapie ciblée : exemple des mutations du récepteur à l' EGF

Mis en ligne le 27/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 2,33 Mo)

Les adénocarcinomes pulmonaires représentent les carcinomes pulmonaires les plus fréquents et sont pour la plupart d'entre eux très hétérogènes morphologiquement. La diversité histologique est associée à une hétérogénéité moléculaire à plusieurs niveaux, des mutations “driver” (motrices) aux mutations “ramifiées” ou “privées” liées à l'évolution sous-clonale, avec un enrichissement sélectif de sous-populations en fonction des pressions de sélection exercées par le microenvironnement et les thérapeutiques. Cette hétérogénéité a des impacts diagnostiques, pronostiques et théranostiques. Ainsi, la compréhension de ces mécanismes est importante pour le diagnostic des tumeurs pulmonaires multiples et la distinction entre lésions primitives ou métastatiques. Les différents concepts et leur impact clinique seront illustrés dans le cadre des tumeurs présentant une mutation activatrice du récepteur à l' EGF (Epidermal Growth Factor) , et de leur résistance aux différentes lignes de traitement par inhibiteurs de tyrosine kinase ( ITK) .

Dans le domaine du cancer du poumon, la notion d'hétérogénéité histologique et moléculaire est très largement acceptée, et son impact clinique en termes de pronostic, de réponse au traitement et d'échappement thérapeutique constitue un domaine d'investigation très important. Il y a 2 raisons majeures à l'intérêt actuel porté à l'hétéro généité tumorale : d'une part, il faut faire face à l'émergence des résistances sous thérapie ciblée et apporter des éléments de réponse quant aux mécanismes impliqués afin de proposer des traitements de deuxième ligne adaptés. D'autre part, les développements technologiques sur le plan de l'analyse moléculaire des tumeurs, avec le déploiement des méthodes de séquençage haut débit, ou NGS (Next-Generation Sequencing) , et l'analyse de leur environnement immunitaire, permet tent d'envisager des typages complexes dans le cadre du diagnostic en routine.

Liens d'interêts

A. Lupo déclare ne pas avoir de liens d'intérêts.

H. Blons, D. Damotte et K.Leroy n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Audrey MANSUET-LUPO

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Hôpital Cochin, AP-HP, Paris Centre, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Diane DAMOTTE

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, HUPC (Hôpitaux universitaires Paris Centre) Cochin, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Karen LEROY

Médecin, Biologie médicale, Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Hélène BLONS

Médecin, Biologie moléculaire, Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie thoracique
Mots-clés