Dossier

La modulation de la voie PTEN/PI3K/ AKT/mTOR dans le cancer du sein : une voie d'avenir

Mis en ligne le 23/09/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,08 Mo)
» Parce que la voie PI3K/AKT/mTOR est souvent activée dans les cancers du sein, les inhibiteurs de mTOR (évérolimus et temsirolimus) ont été utilisés dans des essais cliniques de phases I, II et III pour restaurer la sensibilité aux traitements antihormonaux et anti-HER2. De fait, l'évérolimus est devenu un traitement standard du cancer du sein résistant à l'hormonothérapie. Toutefois, en raison de ses effets indésirables et d'une efficacité limitée à seulement 50 % des patientes, il est devenu nécessaire de cibler la population qui en bénéficie en identifiant des biomarqueurs prédictifs. Les candidats évoqués sont les mutations activatrices de PI3K, la perte d'expression de PTEN, la diminution d'expression de LKB1 et la surexpression des effecteurs de la voie. Cependant, seuls les essais cliniques en cours prenant en compte de façon prospective l'activation de cette voie pourront permettre de les définir formellement. Dans cet article sont recensés les principaux essais cliniques évaluant l'inhibition de la voie PI3K/mTOR ainsi que les nouvelles molécules ciblant cette voie dans le cancer du sein.
auteurs
Dr Loay KASSEM

Médecin, Cairo University Teaching Hospital, Cairo, Égypte

Contributions et liens d’intérêts
Pr Thomas BACHELOT

Médecin, Oncologie, Centre Léon Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Isabelle TREILLEUX

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Centre Léon Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie générale,
Oncologie sénologie
thématique(s)
Radiothérapie
Mots-clés