Vocabulaire

Niche

Mis en ligne le 02/06/2017

Auteurs : Jean-Joseph Julaud

Lire l'article complet (pdf / 61,95 Ko)

1685. Rien ne va plus à l'Académie française : Antoine Furetière, l'un de ses membres, vient d'en être exclu à la presque unanimité ; seul Racine s'est abstenu. Quel crime a donc commis le désormais mortel Furetière ? Eh bien voici : jugeant trop lente la rédaction du dictionnaire de l'Académie (qui paraîtra en 1694), il a publié le sien, à Paris, oui, son propre dictionnaire qu'il a rédigé tout seul ! Pourtant, un autre académicien, Richelet, a lui aussi publié, cinq ans auparavant, son ­dictionnaire de langue française, le tout premier du genre. Certes, mais on l'absout puisqu'il l'a fait paraître hors des frontières, à Genève.

Dépité, Furetière ? Non, c'est pire : son ire est telle qu'il se met à faire des niches à ses ex- confrères. Des niches ? Oui, des “injures qu'on fait à quelqu'un pour lui faire déplaisir” − telle est la définition composée par Richelet. Furetière précise quant à lui : “malice qu'on fait à quelqu'un”. Et il ne s'en prive pas ! Eût-il dû tempérer sa bile ?

[ ... ]

auteur
M Jean-Joseph JULAUD

Professeur de français, auteur de romans, nouvelles, livres pratiques et essais, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés