Dossier

RET : un gène aux multiples facettes

Mis en ligne le 31/03/2022

Auteurs : V. Suteau, P. Rodien, D. Prunier-Mirebeau

Le proto-oncogène RET (rearranged during transfection), identifié comme le gène responsable des néoplasies endocriniennes multiples de type 2 (NEM2), est également impliqué dans les formes sporadiques de carcinome médullaire de la thyroïde et dans certains cancers différenciés de la thyroïde, via des réarrangements avec d'autres gènes dans la cellule folliculaire. Au-delà de la thyroïde, il est décrit pour être impliqué dans 1,8 % des cancers. Son activation stimule la prolifération des cellules hôtes et le développement tumoral. La recherche des anomalies génétiques est réalisée aussi bien au niveau germinal dans les NEM2 ou dans les formes familiales de cancers médullaires de la thyroïde qu'au niveau somatique dans le cadre des thérapies ciblées. Les formes activées peuvent être ciblées par les inhibiteurs de tyrosine kinase en cancérologie thyroïdienne (cancer médullaire de la thyroïde muté RET ou cancer de souche folliculaire réfractaire avec réarrangement de RET), mais aussi dans d'autres cancers.

Liens d'interêts

V. Suteau, P. Rodien etD.Prunier-Mirebeau déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Valentine SUTEAU

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, CHU d’Angers, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Patrice RODIEN

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, CHU d’Angers, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Delphine PRUNIER-MIREBEAU

Médecin, Biologie moléculaire, CHU d’Angers, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés