Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Adénocarcinome primitif de la vésicule séminale

Mis en ligne le 07/07/2018

Auteurs : P. Beuzeboc

Lire l'article complet (pdf / 107,29 Ko)

Les cancers primitifs de la vésicule séminale sont rares (une soixantaine de cas publiés dans la littérature) [1], de diagnostic difficile du fait de l'absence de symptômes à un stade précoce et du manque de critères diagnostiques bien établis. Le premier cas a été rapporté en France en 1946 par J.A. Lazarus (2). Le plus souvent ces cancers surviennent après 50 ans. Il n'existe pas de recommandations sur le plan thérapeutique.

L'équipe d'urologie de Saint-Louis a ­rapporté 1 cas survenant chez un patient de 43 ans, avec une métastase pulmonaire ­d'emblée (3).

Après résection du nodule pulmonaire et une excellente réponse à une chimiothérapie de type MVAC, une cysto-prostatectomie avec curage ganglionnaire a été réalisée. Les analyses anatomopathologiques ont montré un carcinome centré sur les vésicules séminales, CK7, CK20, PSA, p63 et P504S étaient négatifs en immunohistochimie. Le diagnostic retenu a été celui d'un adénocarcinome de la vésicule séminale avec invasion de la prostate et de la vessie. Le patient était en rémission complète persistante 4 ans après.

Commentaire. Jusqu'à présent cette tumeur était réputée chimiorésistante, et de multiples types de chimiothérapie avaient été utilisés (FOLFOX, docétaxel, cisplatine-­gemcitabine). Cette observation est la première recourant au MVAC. Vu la réponse thérapeutique, ce protocole pourrait être envisagé comme une option. À confirmer.

Références

1. Thiel R, Effert P. Primary adenocarcinoma of the seminal vesicles. J Urol 2002;168(5):1891-6.

2. Lazarus JA. Primary malignant tumors of the retrovesical region with special reference to malignant tumors of the seminal vesicles; report of a case of retrovesical sarcoma. J Urol 1946;55:190-205.

3. Terrisse S, Comblor ME, Vérine J et al. Primary adeno­carcinoma of the seminal vesicle. Rare Tumors 2017;9(3):7074.

Liens d'interêts

P. Beuzeboc déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Dr Philippe BEUZEBOC
Dr Philippe BEUZEBOC

Médecin
Radiothérapie
Hôpital Foch, Suresnes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie urologie,
Urologie
thématique(s)
Testicule
Mots-clés