Dossier

Combinaison de chimiothérapies et d'inhibiteurs de points de contrôle immunitaire dans les cancers du rein et de la prostate

Mis en ligne le 30/09/2020

Auteurs : N. Houédé

Toutes les tumeurs urologiques ne répondent pas de façon identique aux nouvelles immunothérapies. Le cancer de la prostate, qui est une tumeur chimiosensible, ne répond que très faiblement aux inhibiteurs des points de contrôle immunitaire. Les données récentes concernant les mécanismes de résistance intrinsèque de ces tumeurs aux immunothérapies et les résultats préliminaires d'études démontrant une activité synergique de certaines combinaisons d'immunothérapies et d'agents cytotoxiques suscitent de nombreux espoirs, et les résultats des essais cliniques en cours avec ces combinaisons sont attendus avec impatience. Dans le cancer du rein à cellules claires, les anti-PD-1, les anti-PD-L1 et les anti-CTLA-4 ont donné des résultats intéressants seuls ou en combinaison. Malheureusement, cette activité n'est observée que pour une sous-population dont les caractéristiques clinicobiologiques sont en train d'être explorées. Pour les autres patients, aucune proposition n'a été faite, ni en monothérapie ni en association, et les cliniciens sont dans l'attente de nouvelles pistes. L'association du fluorouracil à un anti-PD-L1, dont les premiers résultats précliniques montrent des effets synergiques in vivo, pourrait en être une.

Liens d'interêts

N. Houédé déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

auteur
Pr Nadine HOUÉDÉ

Médecin
Oncologie
CHU Carémeau, Nîmes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie urologie
thématique(s)
Cancer de la prostate,
Cancer du rein
Mots-clés