Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

VESSIE – Enfortumab védotin dans les cancers de la vessie : un anticorps antinectine 4 conjugué à un cytotoxique

Mis en ligne le 31/12/2017

Auteurs : P. Beuzeboc

Lire l'article complet (pdf / 124,85 Ko)

Parmi les nouvelles thérapies ciblées en développement dans le cancer de la vessie, on trouve de nouveaux ADC (Antibody-Drug Conjugates). Le chef de file des ADC dans les tumeurs solides est le trastuzumab ­emtansine, utilisé dans les cancers du sein métastatiques HER2+ (1). Sur le même modèle, l'enfortumab védotin est un anticorps conjugué, couplant un anticorps dirigé contre la nectine 4 et un cytotoxique (l'auristatine E, ou “MMAE”, un poison du fuseau mitotique).

La nectine 4 est un peptide trans­membranaire exprimé dans près de 97 % des carcinomes urothéliaux testés, mais aussi dans d'autres types tumoraux (2).

Après fixation de l'anticorps sur sa cible, cette dernière est internalisée, et le lien (linker) reliant l'anticorps à l'auristatine E est lysé, ce qui permet le relargage de la CT et son activité antitumorale.

L'enfortumab védotin a été évalué dans un essai de phase I portant sur 81 patients atteints de carcinomes urothéliaux métastatiques, ­rapporté au 53e congrès américain en oncologie clinique (Petrylak DP, abstr. 106) et publié (3). L'âge médian des patients était de 67 ans (extrêmes : 41-84) ; 95 % avaient été traités par platine ; 43 %, par taxanes, et 46 %, par un inhibiteur de checkpoint immunitaire. Au total, 61 % étaient porteurs de métastases viscérales ; 23 %, de métastases hépatiques, et 48 %, de métastases pulmonaires. La tolérance a été acceptable, marquée par des événements indésirables de grade 3, à type d'infection urinaire (8 %) et d'hypophosphorémie (3 %). La dose recommandée est de 1,25 ­mg/­kg i.v. à J1, J8 et J15, tous les 28 jours.

L'activité est très prometteuse, avec au total un taux de réponse de 41,0 % (IC95 : ­29,3-53,2), dont 4 % de réponse complète. Le taux de réponse était de 44,0 % (IC95 : ­26,4-62,3) chez les patients antérieurement traités par immunothérapie et de 47,0 % ­(IC95 : 24,4-71,1) chez ceux porteurs de métastases hépatiques.

Commentaire. Ces résultats sont très prometteurs. Un essai de phase III d'enregistrement est actuellement en cours d'activation pour les patients déjà traités par chimiothérapie à base de platine et d'immunothérapie.

Références

1. Verma S, Miles D, Gianni , et al.; EMILIA Study Group. Trastuzumab emtansine for HER2-positive advanced breast cancer. N Engl J Med 2012;367(19):1783-91.

2. Challita-Eid PM, Satpayev D, Yang P et al. Enfortumab vedotin antibody-drug conjugate targeting nectin-4 is a highly potent therapeutic agent in multiple preclinical cancer models. Cancer Res 2016;76(10):3003-13.

3. Targeting nectin-4 in bladder cancer. Cancer Discov 2017; 7(8):OF3.

Liens d'interêts

L'auteur n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Dr Philippe BEUZEBOC
Dr Philippe BEUZEBOC

Médecin
Radiothérapie
Hôpital Foch, Suresnes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie urologie
Mots-clés