Mise au point

Le BDNF est-il un bon candidat comme biomarqueur de la rechute ?

Mis en ligne le 23/12/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 202,53 Ko)

De l'étude de son polymorphisme jusqu'à son taux périphérique, le Brain-Derived Neurotrophic Factor (BDNF), une neurotrophine, a été le sujet de très nombreux travaux ces dernières années dans le contexte des maladies psychiatriques. Si, dans le cadre de la dépression, il n'est pas considéré comme un marqueur diagnostique, mais plutôt comme un marqueur de l'amélioration des symptômes dépressifs, dans le cas de certaines addictions, le concept de biomarqueur de la rechute est émergent. Quel bilan peut-on faire sur la mesure du taux de BDNF périphérique dans les addictions ? Est-ce le biomarqueur de la rechute de demain ?

Le BDNF (Brain-Derived Neurotrophic Factor), ou facteur neurotrophique dérivé du cerveau, est une protéine présente chez l'homme comme chez l'animal, dès le plus jeune stade de développement. Cette neurotrophine est ubiquitaire: on la retrouve au niveau central dans diverses régions cérébrales (par exemple, hippocampe, cortex, amygdale, striatum, etc.), mais également en périphérie (par exemple, sang, glandes salivaires, reins, muscles, etc.). C'est une protéine pléiotrope, et son rôle dépend notamment des étapes de développement: indispensable à la neurogenèse, le BDNF participe un peu plus tard à la croissance et à la survie des neurones, tandis qu'à un stade plus avancé, son expression est indispensable dans les phénomènes de potentialisation à long terme, témoin de la neuroplasticité sous-tendant les processus mnésiques.

auteurs
Dr Hélène Anne-Sophie GEOFFROY

Médecin, Addictologie / toxicomanies et alcoologie, Université Paris-Descartes, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Florence NOBLE

Chercheur, Université Paris-Descartes, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie
Mots-clés