Mise au point

Le rôle du pharmacien dans la réduction des risques

Mis en ligne le 17/03/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 871,83 Ko)

Les stratégies de réduction des risques (RdR) se sont progressivement mises en place à la fin des années 1980 en France, et le pharmacien y était en première ligne, avec la vente libre des seringues, application du décret Barzach, en 1987, qui suspendait l'interdiction de vendre les seringues sans ordonnance. Suivra un ensemble d'actions et de missions que le pharmacien officinal a su intégrer à la pratique quotidienne de son exercice.

La loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST), publiée au Journal officiel le 22 juillet 2009, la nouvelle convention pharmaceutique signée en 2012 et le code de la déontologie concordent à placer le pharmacien comme acteur de santé à part entière auprès de la population et des usagers de drogues, jouant ainsi un rôle dans les actions de RdR.

La pharmacie constitue à la fois le lieu d'accès au matériel stérile pour l'injection,et de délivrance des médicaments de substitution aux opiacés. Ainsi, le pharmacien, acteur de terrain en matière de santé publique, est considéré comme un intermédiaire privilégié pour faire progresser la diffusion de matériels d'injection, relayer les actions de prévention de soins auprès  des usagers de drogues et accompagner les patients pris en charge par traitements de substitution aux opiacés (TSO). Les points forts de la pharmacie en termes d'accès sont la disponibilité, le maillage important en France, même en zone rurale, et l'amplitude horaire.

auteur
centre(s) d’intérêt
Addictologie,
Pharmacologie
Mots-clés