Mise au point

Soumission chimique : principaux résultats de l'enquête 2017

Mis en ligne le 31/03/2019

Auteurs : D. Touzeau

Lire l'article complet (pdf / 94,34 Ko)

La soumission chimique (SC) est l'administration à des fins criminelles (viols, actes de pédophilie) ou délictuelles (violences volontaires, vols) des substances psychoactives à l'insu de la victime ou sous la menace. Le centre d'addictovigilance de Paris (CEIP-A), dirigé par le Dr Samira Djezzar qui est responsable de l'enquête nationale sur la SC depuis 2003 (1).

Les objectifs de cette enquête sont d'identifier et de doser les substances psychoactives en cause, de décrire les modi operandi des agresseurs et les contextes d'agression et d'évaluer les conséquences cliniques de la prise du produit.

En 2017, ces méfaits, qui touchent principalement les femmes, sont en augmentation de 36 % par rapport à 2016, avec 462 cas de soumission chimique rapportés. Comme dans les précédentes études, le profil des victimes et les SPA restent donc similaires.

Le changement réside dans les substances détectées. Le zolpidem reste en tête, puis le bromazepam et la zopiclone. Parmi les substances non médicamenteuses le MDMA se maintient en tête ainsi que le GHB (3 cas).■

Références

1. centre d’addictovigilance de Paris.Enquête 2017 sur la sousmission chimique. CEIP-A 2019 [http://addictovigilance.aphp.fr/2019/03/15/soumission-chimique-principaux-resultats-de-lenquete-2017/].

Liens d'interêts

D. Touzeau déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en rapport avec cet article.

auteur
Dr Didier TOUZEAU
Dr Didier TOUZEAU

Médecin
Addictologie / toxicomanies et alcoologie
Groupe hospitalier Paul Guiraud, Villejuif
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Addictologie
thématique(s)
Toxicomanie