Dossier

Tabac chez les jeunes : rôle des facteurs sociaux et familiaux

Mis en ligne le 20/03/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 760,05 Ko)
En France, environ 30 % des adolescents et adultes sont fumeurs réguliers de tabac, un des taux les plus élevés dans les pays industrialisés. Si l’expérimentation du tabac est largement répandue au sein de la population, le passage à une consommation régulière ou à la dépendance est majoré par des déterminants sociaux et familiaux. En effet, le niveau de tabagisme des jeunes issus de milieux sociaux défavorisés ou qui rencontrent eux-mêmes des difficultés dans leur parcours scolaire ou en matière d’insertion sur le marché du travail est plus élevé que parmi les jeunes qui ont une situation sociale plus favorable. Ces inégalités sociales vis-à-vis du tabagisme s’accroissent au cours de la vie. De plus, les jeunes dont les parents sont fumeurs ou qui rapportent une mauvaise entente familiale ont aussi des niveaux de tabagisme élevés. Les déterminants sociaux et familiaux doivent être pris en compte dans les initiatives de prévention du tabagisme des jeunes. Ces constats sont illustrés par les résultats obtenus au sein de la cohorte TEMPO (www.tempo.inserm.fr), une étude longitudinale de jeunes suivis depuis 1991 et âgés de 22 à 35 ans en 2009, dont les parents participent à la cohorte GAZEL (www.gazel.inserm.fr).
auteur
Mme Maria  MELCHIOR
Mme Maria MELCHIOR

Chercheur
Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique (iPLESP), Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
Mots-clés