Dossier

Maîtriser l’annonce d’un diagnostic fatal Quand l’information est difficile à donner

Mis en ligne le 01/03/2002

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 71,64 Ko)
Points forts n Le psychologue doit être associé le plus tôt possible pour être intégré dans le projet thérapeutique. n L’adaptation ultérieure du malade à sa maladie dépend en grande partie de la manière dont il vivra le moment de l’annonce du diagnostic. n Pour le patient, recevoir la mauvaise nouvelle n’est que le début d’un travail psychique intense. n Il faut redonner une perspective au patient et lui permettre de reprendre le contrôle de son corps et de sa vie. Pour cela, des conditions minimales sont importantes, comme disposer d’un endroit calme, ne pas être dérangé pendant quelques minutes, être dans une situation la plus égalitaire possible avec le patient.
centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie