Dossier

Les greffes d'avant-bras en 2016

Mis en ligne le 27/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 563,52 Ko)
  • La greffe de mains ou d'avant-bras constitue une forme de “renaissance” après un traumatisme physique et psychologique majeur.
  • Depuis la première greffe de main en 1998, 64 patients ont pu en bénéficier de par le monde ; pour limiter le rejet, cette opération s'accompagne d'un traitement immunosuppresseur de même nature qu'en transplantation rénale.

Le développement des greffes composites, et en particulier des greffes d'avant-bras, s'intègre aujourd'hui à la stratégie de traitement proposée à des patients qui présentent un handicap majeur et qui, bien souvent, sont dans une situation de “mort sociale”, c'est-à-dire de handicap suffisamment important pour conduire à une désinsertion sociale et quelquefois familiale. L'accès à la transplantation de la chirurgie réparatrice est le fruit d'un long processus évolutif, sociétal et médical, au cours duquel la transplantation a d'abord eu pour objectif de sauver la vie (greffe de reins dans les années 1950), puis d'améliorer la survie des patients (greffes de pancréas dans les années  1980), et enfin, aujourd'hui, d'améliorer leur qualité de vie. Les greffes de tissus composites représentent donc un nouveau champ d'application de la transplantation et posent encore de nombreuses questions médicales et éthiques.

L'absence de mains ou d'avant-bras ne tue pas et, comme le disent les patients eux-mêmes, la greffe ne sauve pas leur vie, mais leur redonne la vie ; elle constitue donc une forme de “renaissance” après un traumatisme physique et psychologique majeur, qui s'inscrit dans leur existence comme un séisme.

auteurs
Pr Lionel BADET

Médecin, Chirurgie générale, Hospices civils de Lyon, hôpital Edouard-Herriot, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Emmanuel MORELON

Médecin, Néphrologie, Hospices civils de Lyon, hôpital Édouard-Herriot, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Aram GAZARIAN

Médecin, Chirurgie orthopédique et traumatologique, Clinique du Parc, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Transplantation
Mots-clés