Dossier

Hypothermie thérapeutique chez le patient en mort encéphalique et greffe rénale : de l'intérêt théorique au succès pratique

Mis en ligne le 14/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 865,96 Ko)
  • Chaque année, seulement un tiers des patients inscrits sur la liste de transplantation rénale reçoivent une greffe. Différentes pistes sont ciblées afin d'essayer d'endiguer cette pénurie. La première est d'augmenter le nombre d'organes prélevés en développant les prélèvements à partir de donneurs en état de mort encéphalique (EME) dits “à critères élargis” ou à partir de donneurs décédés après arrêt circulatoire.
  • Une autre piste fondamentale est de contribuer à la réussite de la transplantation en limitant la dysfonction du greffon, dont le principal marqueur est la reprise différée de la fonction du greffon (RDFG).
  • L'utilisation de techniques de perfusion des organes prélevés, mais aussi l'optimisation de la réanimation des patients décédés en mort encéphalique constituent des facteurs importants de réduction de la RDFG. Dans la dernière situation, l'hypothermie modérée du donneur en EME pourrait être une thérapeutique séduisante.
Liens d'interêts

N. Brulé déclare ne pas avoir deliens d’intérêts.

J. Reignier n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Noëlle BRULÉ

Médecin, Anesthésie-réanimation, CHU, Nantes, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Jean REIGNIER

Médecin, Réanimation médicale, Université de Nantes, Faculté de médecine, Nantes, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Transplantation,
Urologie
thématique(s)
Rein
Mots-clés