Dossier

Protocole de prélèvement et de greffe à partir de donneurs décédés après arrêt circulatoire des catégories 1 et 2 de Maastricht. Résultats à 8 ans et facteurs de risque d’échec de greffe

Mis en ligne le 15/10/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 651,47 Ko)

En regard des publications internationales et des résultats français, le prélèvement sur donneurs décédés après arrêt circulatoire des catégories 1 et 2 de Maastricht peut désormais être considéré comme une technique fi able et reproductible. Un premier bilan, après 8 ans d’activité, intéresse 522 greffes rénales et 17 greffes hépatiques et conclut à des résultats de survie greffons comparables à ceux observés en cas de donneurs en état de mort encéphalique à critères élargis. Ces résultats s’expliquent en partie par un taux de non-fonction primaire élevé et la présence de lésions fibrosantes accélérées, présentes dès le 3e et 6e mois postgreffe. Les facteurs indépendants d’échec de greffe à 1 an sont principalement l’indice de masse corporelle élevé du donneur et le recours à une perfusion in situ en hypothermie par sonde de Gillot, comparé au lieu de la circulation régionale normothermique. Il est probable que l’amélioration et le recours plus fréquent à de nouvelles techniques plus performantes de perfusion et de conservation des organes permettent dans l’avenir une meilleure récupération des greffons malgré l’ischémie chaude prolongée .

auteur
Dr Corinne ANTOINE
Dr Corinne ANTOINE

Médecin
Néphrologie
Hôpital Saint-Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Transplantation
thématique(s)
Rein
Mots-clés