Dossier

Recherches d'anticorps anti-HLA : méthodes acellulaires et crossmatch virtuel

Mis en ligne le 21/11/2018

Mis à jour le 23/11/2018

Auteurs : Mathilde Cherel, Florent Delbos, Valérie Dubois

Depuis les années 1990, les méthodes de recherche d'anticorps anti-HLA (Human Leukocyte Antigen) sur phase solide, d'abord ELISA puis Luminex®, ont révolutionné le suivi de l'allo-immunisation anti-HLA en transplantation d'organe solide. Elles présentent une sensibilité nettement supérieure à la technique historique de lymphocytotoxicité (LCT). Par ailleurs, la technologie Luminex® en version “Single Antigen” permet de définir précisément et semiquantitativement les spécificités des anticorps anti-HLA circulants chez le receveur. Ces évolutions ont fait naître le concept de crossmatch virtuel pour décider de l'allocation d'un organe sur la notion d'antigènes “acceptables”. Le crossmatch virtuel permet, sous certaines conditions, de s'affranchir du crossmatch réel prospectif en LCT et/ou en cytométrie en flux (CMF) plus sensible, et donc de diminuer le temps d'ischémie froide. Pour cela, les laboratoires HLA doivent collaborer avec les cliniciens afin de déterminer le risque immunologique accepté pour le receveur.

Liens d'interêts

M. Cherel, F. Delbos et V. Dubois déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Mathilde CHEREL

Pharmacien, Établissement français du sang (EFS) − Bretagne, Rennes, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Florent DELBOS

Pharmacien, Établissement français du sang Pays-de-la-Loire, Nantes, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Valérie DUBOIS

Médecin, Biologie médicale, Établissement français du sang (EFS) − Auvergne-Rhône-Alpes, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Transplantation
Mots-clés