CROI cuvée 2022 : derrière le virtuel il y a plus grave, l’invisibilité