Les fusions de NRG1, une nouvelle cible thérapeutique ?