La résistance à l’hormonothérapie est associée à la présence de mutations : “TP53 is back!”

D’après Grote I et al., abstr. 164MO, actualisé