Mise au point

Anti-PD1/PD-L1 dans les tumeurs cutanées hors mélanome

Mis en ligne le 25/07/2017

Auteurs : S. Monestier

Lire l'article complet (pdf / 591,84 Ko)

Les anti-PD1/PD-L1 sont des anticorps monoclonaux agissant au niveau de l'interaction entre le lymphocyte activé et la cellule tumorale, en levant un des freins physiologiques mis en place pour réduire l'auto-immunité. Ils participent ainsi à la lutte contre l'évasion immune des cellules cancéreuses.

Depuis leur désignation comme “breakthrough therapy” (percée, avancée thérapeutique) par la Food and Drug Administration (FDA) en 2013, les anti-PD1 sont rapidement devenus le traitement de 1re ligne des mélanomes métastatiques BRAF sauvages. Ils sont disponibles et largement utilisés en France depuis 2014 dans le mélanome, avec un très bon profil de tolérance.

Les anti-PD1/PD-L1 font l'objet d'un intérêt certain dans d'autres secteurs de l'oncodermatologie, en particulier les carcinomes à cellules de Merkel (CCM), où l'avélumab vient d'être approuvé par la FDA en 2e ligne, mais également dans les carcinomes cutanés, où plusieurs essais thérapeutiques de phase II commencent en 2017.

Liens d'interêts

S. Monestier déclare avoir des liens d’intérêts avec BMS, MSD, Merck Serono, Novartis et Roche.

auteur
Dr Sandrine MONESTIER
Dr Sandrine MONESTIER

Médecin
Dermatologie et vénéréologie
CHU de la Timone, AP-HM, Marseille
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Dermatologie,
Oncologie dermatologie
thématique(s)
Tumeurs
Mots-clés