Dossier

Les cancers digestifs à l'ESMO 2015

Mis en ligne le 30/12/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 214,73 Ko)
  • Il existe un haut niveau de concordance entre les résultats des tests sanguins et ceux des tests tissulaires pour déterminer le statut RAS. La détermination sanguine du statut RAS semble désormais une alternative raisonnable à la caractérisation tissulaire pour définir l'intérêt des traitements anti-EGFR.
  • La radiothérapie métabolique augmente de manière indiscutable la survie sans progression des patients porteurs de tumeurs neuroendocrines de l'intestin moyen et permet une avancée considérable dans cette situation clinique orpheline du point de vue thérapeutique.
  • L'évérolimus a montré une amélioration statistiquement et cliniquement significative dans les tumeurs neuroendocrines bien différenciées et non fonctionnelles du tube digestif. Son spectre d'action est désormais démontré dans un large éventail de tumeurs neuroendocrines digestives.
  • Dans le cancer gastrique localement évolué, l'association 5-FU + oxaliplatine + docétaxel améliore le taux de réponse complète histologique et pourrait représenter un futur standard.
auteur
Dr Éric FRANÇOIS
Dr Éric FRANÇOIS

Médecin
Oncologie
Centre Antoine Lacassagne, Nice
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie digestif,
Oncologie générale
Mots-clés