Editorial

Cancers du poumon : vers un bouleversement des stratégies ?

Mis en ligne le 31/01/2019

Auteurs : Pr Nicolas Girard

Lire l'article complet (pdf / 74,10 Ko)

L'année 2018 restera comme celle de la transformation du pronostic des patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules métastatique, avec la mise à disposition de l'immunothérapie en première ligne métastatique en situation d'expression élevée de PD-L1, et en consolidation après chimio-radiothérapie pour les tumeurs localement avancées. C'est aussi l'année de la démonstration du bénéfice de l'immunothérapie pour tous les patients en situation métastatique, dans le contexte des associations avec la chimiothérapie. Nos stratégies de ciblage en situation d'addiction oncogénique s'enrichissent avec l'arrivée d'inhibiteurs de seconde et troisième générations dès la première ligne thérapeutique, conduisant à revisiter les séquences historiques. L'année 2018 est également celle de la confirmation de l'intérêt du dépistage des tumeurs de stade précoce, pour lesquelles l'immunothérapie pourrait avoir un intérêt, notamment en situation périopératoire. Tous ces éléments sont discutés dans ce numéro spécial de La Lettre du Cancérologue, une nouvelle fois au rendez-vous au moment de commencer une nouvelle année afin de clarifier les idées sur les stratégies thérapeutiques actuelles et futures.


Liens d'interêts

N. Girard déclare avoir des liens d’intérêts avec AstraZeneca, BMS, Boehringer-Ingelheim, MSD, Pfizer, Roche (advisory boards), AstraZeneca, BMS (crédits de recherche institutionnels), Amgen, AstraZeneca, BMS, Boehringer-Ingelheim, Eli Lilly, MSD, Pfizer et Roche (symposia).

auteur
Pr Nicolas GIRARD
Pr Nicolas GIRARD

Médecin
Pneumologie
Institut du thorax Curie-Montsouris, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
Mots-clés