Dossier

La chirurgie des gynécomasties

Mis en ligne le 31/05/2022

Auteurs : M. Chaouat

Les gynécomasties constituées de glande mammaire hypertrophiée chez l'homme sont à différencier des adipomasties qui sont des accumulations graisseuses le plus souvent en relation avec une obésité. S'il n'y a pas ou peu d'excédent cutané, une résection glandulaire avec une cicatrice minime est possible. En revanche, si l'excédent cutané est important, il est nécessaire de réséquer de la peau en même temps que la glande. La cicatrice sera généralement horizontale, au niveau du mamelon ou plutôt au niveau du sillon sous-mammaire. La plaque aréolomamelonnaire devra, dans la plupart des cas, être remontée et parfois diminuée de taille, soit en la greffant soit par un lambeau porte-mamelon. La chirurgie des patients transgenres, femme vers homme, nécessite également des réductions mammaires drastiques, elle est équivalente à la chirurgie d'une volumineuse gynécomastie dans son aspect et ses objectifs. Ainsi, la méthode de masculinisation d'un torse utilise les mêmes techniques.

Liens d'interêts

M. Chaouat déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Dr Marc CHAOUAT

Médecin
Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique
Hôpital Saint-Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie générale
Mots-clés