Dossier

Ciblage des anomalies de la réparation de l'ADN au-delà des inhibiteurs de PARP

Mis en ligne le 28/02/2021

Auteurs : L. Collet, L. Eberst, P. Cassier, O. Trédan

Au-delà des inhibiteurs de PARP, qui ont révolutionné la prise en charge des tumeurs avec mutation BRCA, le ciblage des voies de la recombinaison homologue est une piste de recherche. De nouvelles molécules altérant différentes voies de réparation de l'ADN ont été développées, allant des inhibiteurs d'ATR/ATM aux modificateurs épigénétiques, en passant par les molécules de contrôle du cycle cellulaire. Pour l'instant,l'efficacité de ces molécules en monothérapie reste modeste et semble dépendre de la fonctionnalité du système de la réparation de l'ADN. Les associations de traitements pourraient être plus efficaces, avec de nombreux essais cliniques en cours. Une autre option pour les tumeurs initialement non porteuses d'anomalie de la réparation de l'ADN serait d'associer un inhibiteur de PARP à un traitement ciblant également le système de réparation de l'ADN afin d'induire une létalité synthétique.

Liens d'interêts

L. Collet déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

L. Eberst déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

P. Cassier déclare avoir des liens d’intérêts avec Roche/Genentech, Novartis, Amgen, Merck Serono, BMS, Blueprint, GSK, Janssen, Lilly et Taiho.

O. Trédan déclare avoir des liens d’intérêts avec Roche, MSD-Merck, BMS, Novartis-Sandoz, Pfizer, Lilly, AstraZeneca, Daiichi Sankyo, Eisai et Pierre Fabre.

auteurs
Dr Laetitia COLLET

Médecin, Centre Léon-Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Lauriane EBERST

Médecin, Oncologie, Centre Léon-Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Philippe CASSIER

Médecin, Oncologie, Centre Léon Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Olivier TRÉDAN

Médecin, Oncologie, Centre Léon-Bérard, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale
Mots-clés