Quelle place pour les agonistes de la GnRH pendant la chimiothérapie ?