Dossier

Inhibiteurs de PARP : données précliniques, essais précoces, études de preuve de concept

Mis en ligne le 28/02/2021

Auteurs : V. Diéras, A. Brunot, T. de la Motte Rouge

Les inhibiteurs de PARP représentent la 1re classe thérapeutique ciblant de façon spécifique la réparation de l'ADN. Selon le concept de létalité synthétique, il existait un rationnel fort pour développer ces agents dans les tumeurs présentant une mutation constitutionnelle de BRCA. Les modèles précliniques ont confirmé le potentiel de ces agents. Les études précoces de preuve de concept ont été conduites dès les essais de phase I avec des cohortes d'extension enrichies en tumeurs BRCA mutées. La démonstration du concept a conduit au lancement rapide des études de phase III en situation avancée avec obtention d'AMM pour les inhibiteurs de PARP dans plusieurs pathologies tumorales.

Liens d'interêts

V. Diéras déclare avoir des liens d’intérêts avec Roche/Genentech, Novartis, Pfizer, Lilly, Tesaro, Eisai, Nektar, Astellas, MSD, Daiichi Sankyo, Odonate, Seattle Genetics, AstraZeneca et AbbVie.

A. Brunot n’a pas déclaré ses éventuels liens d’intérêts.

T. de la Motte Rouge avoir des liens d’intérêts avec AstraZeneca, Clovis Oncology, GSK Tesaro, MSD, Novartis, Pfizer et Roche.

auteurs
Dr Véronique DIÉRAS

Médecin, Oncologie, Centre Eugène-Marquis, Rennes, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Thibault DE LA MOTTE ROUGE

Médecin, Oncologie, Centre Eugène Marquis, Rennes, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale
Mots-clés