Dossier

Vaccination anti-HPV - Le point de vue du pédiatre

Mis en ligne le 31/01/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 832,76 Ko)
  • Le cancer du col de l'utérus est responsable de 1 000 décès par an en France.
  • Les 2 vaccins (bivalent et quadrivalent) commercialisés en France sont efficaces pour prévenir cette maladie.
  • L'efficacité vaccinale est d'autant plus importante que les filles sont vaccinées jeunes, avant le début de l'activité sexuelle.
  • La vaccination avant l'âge de 14 ans est plus immunogène et permet de pratiquer un schéma en 2 doses espacées de 6 mois.
  • La réduction de la circulation du virus grâce à une couverture vaccinale élevée permet une protection indirecte des sujets non vaccinés.
  • Les données actuelles de pharmacovigilance, 10 ans après la commercialisation des vaccins anti-HPV, ne mettent pas en évidence d'effet indésirable grave.

Les papillomavirus humains (HPV), virus sexuellement transmissibles, représentent l'agent causal des cancers cervicaux, de certains cancers ano-génitaux et ORL. Dans une étude récente, la présence de HPV à haut risque oncogène a été testée chez des patients atteints de cancer aux États-Unis. L'infection par le HPV était associée à 91 % des cancers cervicaux, 69 % des cancers vulvaires, 75 % des cancers vaginaux, 63 % des cancers péniens, 89 % des cancers anaux de l'homme (93 % chez la femme) et 72 % des cancers oropharyngés de l'homme (63 % chez la femme). En France, 5 à 10 % des cancers sont associés à une infection par un HPV, toutes localisations confondues.

La vaccination anti-HPV a été intégrée au calendrier vaccinal français en 2007. Les recommandations vaccinales ont d'abord ciblé les jeunes filles de 14 ans et, en rattrapage, les jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans, au plus tard dans l'année suivant le début de la vie sexuelle. Depuis 2013, elle est désormais recommandée pour les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans et, en rattrapage, pour celles de 15 à 19 ans révolus. La prise en charge de ce vaccin au-delà de l'âge de 18 ans permet aux jeunes femmes dont les parents étaient opposés à cette vaccination de la réaliser. Chez les jeunes filles devant bénéficier d'une greffe, la vaccination anti-HPV peut être proposée dès l'âge de 9 ans.

Liens d'interêts

M.A. Dommergues déclare avoir des liens d’intérêts avec Glaxo Smith Kline et Sanofi Pasteur MSD (activités ponctuelles de conseil, invitation en qualité d’intervenant ou d’auditeur lors de conférences et de congrès médicaux).

auteur
Dr Marie-Aliette DOMMERGUES
Dr Marie-Aliette DOMMERGUES

Médecin
Pédiatrie
Centre hospitalier de Versailles, Le Chesnay
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique,
Infectiologie,
Oncologie générale,
Oncologie gynécologie,
Pédiatrie,
Vaccinologie
thématique(s)
Vaccins
Mots-clés